GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 12 Août
Lundi 13 Août
Mardi 14 Août
Mercredi 15 Août
Aujourd'hui
Vendredi 17 Août
Samedi 18 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Nouveau patron d'Air France: le CA «se prononcera ce soir», le représentant de l'Etat votera Smith (Le Maire)
    • Mali: réélection d'Ibrahim Boubacar Keïta, édition spéciale sur RFI à partir de 12h10 TU (14h10, heure de Paris)
    • Elections européennes 2019: veto du président polonais à une réforme qui élimine les petits partis
    • Patron d'Air France-KLM: Benjamin Smith (Air Canada) a «un excellent profil» pour Bruno Le Maire
    • Mali: Ibrahim Boubacar Keita remporte l’élection présidentielle avec 67,17 % des voix
    • Football: la France, championne du monde, en tête du classement Fifa
    Hebdo

    Cyrille Hanappe: «L’architecture est un droit de l’homme»

    media Les constructions visant à accueillir les migrants à Grande Synthe (mars 2016). RFI/Guilhem Delteil

    « Et si le camp devenait une extension de la ville ? » C’est en partant de cette question que Cyrille Hanappe, architecte et ingénieur, a conseillé à la conception du premier camp d’accueil des migrants à Grande-Synthe, à 40 kilomètres de Calais. Dans le documentaire Ville Monde, le réalisateur Antarès Bassis a suivi l'expérience de l’architecte pendant 18 mois, de l’emménagement du camp à sa destruction dans un incendie en avril 2017. Rencontre avec cet « architecte de l’urgence ».

    A l’heure où la question de l’accueil des réfugiés agite l’Europe, le documentaire Ville Monde (diffusion le lundi 23 juillet, 23H20 sur France 3) fait largement écho à cette problématique, en retraçant la construction du camp La Linière, à Grande Synthe (Pas-de-Calais). Dans cette ville du nord de la France, particulièrement touchée par l’afflux de migrants, l’expérience démarre en mars 2016, contre l’avis de l’Etat.

    Image du documentaire Ville Monde d'Antarès Bassis. ® Ville Monde

    A l’époque, soutenu par Médecins Sans Frontières, le maire de Grande-Synthe Damien Carême ouvre au lieu-dit La Linière, un camp « humanitaire et provisoire » pour 2 500 réfugiés. L’architecte Cyrille Hanappe, qui s’investit depuis plusieurs années déjà dans les bidonvilles d’Île-de-France, tente alors de convaincre les différents acteurs (Mairie, ONG, réfugiés) qu’il faut projeter cette construction éphémère, en bois, comme un véritable quartier de la ville.

    Image du documentaire Ville Monde d'Antarès Bassis. ® Ville Monde

    Des situations d’urgence

    « Il y a très peu d’architectes qui s’occupent de ces situations d’urgence, parce que ça ne rapporte pas et parce que c’est un impensé. Or il y a une demande énorme », soutient celui qui a même associé ses élèves de l'École Nationale Supérieure d'Architecture Paris-Belleville au projet. Propreté, sécurité, lieux publics... Même quand l’urgence est totale, le « provisoire » doit être envisagé selon lui dans la durée. « L’architecte est un maïeuticien, quelqu’un qui fait accoucher, qui doit accompagner, conseiller techniquement », détaille Cyrille Hanappe.

    En avril 2017, le camp de Grande-Synthe, est presque entièrement détruit dans un incendie. L’Etat propose alors des hébergements d’urgence et les ministres de l'Intérieur et du Logement, Matthias Fekl et Emmanuelle Cosse, annoncent : « Il n'y aura pas de reconstruction de nouveau campement ici ». Mais peu après, d’autres « jungles » se reforment. Les migrants courent toujours après la nourriture ou pour fuir la police et vivent dans des habitations de fortune.

    Pourtant, « l’architecture, comme la beauté, est un droit de l’homme, soutient Cyrille Hanappe, qui travaille aujourd’hui sur la question des bidonvilles français, notamment à Marseille. C’est-à-dire qu’on ne doit pas être dans la merde (sic). On ne doit pas habiter dans des boites de conserves, des HLM pourris. Tout le monde a droit à un cadre de vie digne qui soit épanouissant et émancipateur ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.