GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 15 Juin
Samedi 16 Juin
Dimanche 17 Juin
Lundi 18 Juin
Aujourd'hui
Mercredi 20 Juin
Jeudi 21 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Yémen: les forces progouvernementales pénètrent dans l'aéroport de Hodeida (Emirats)
    • Marine Le Pen (RN) doit rembourser 300 000 euros au Parlement européen, confirme la justice de l'UE
    • Economie: «La plupart» des entreprises françaises «ne pourra pas» rester en Iran (Le Maire)
    • France: le Parlement sera réuni en Congrès le lundi 9 juillet 2018 (Journal officiel)
    • 2017: record de 68,5 millions de personnes déplacées dans le monde, indique l'ONU
    Hebdo

    Le «baron de la drogue» du Dark Net, face à la justice, trahi par sa barbe

    media La Dark Net est un espave numérique particulièrement sujet à la cybercriminalité. REUTERS/Kacper Pempel

    Gal Vallerius, un Franco-Israélien originaire de Bretagne, présenté comme le « baron de la drogue » sur le Dark Net, va être jugé aux Etats-Unis. Suite à son arrestation par la Drug enforcement administration (DEA) - organisme de lutte contre la drogue - cet été à Atlanta, ce Breton, qui risque une peine de prison à vie, est accusé de trafic de drogue et de blanchiment d’argent sur la face cachée du net. Le 12 juin 2018, le bureau du procureur de la cour fédérale de Miami doit dévoiler les termes d’un accord passé avec l’accusé si celui-ci accepte de plaider coupable.

    C’est dans la petite commune de Plusquellec (548 habitants) située entre Guingamp et Carhaix dans les Côtes-d’Armor en Bretagne (nord-ouest de la France) que vivait très discrètement Gal Valerius, accusé par la DEA d’être un des plus gros trafiquants de drogue au monde sur le net.

    Un « baron de la drogue » en Bretagne ?

    Rien dans son niveau de vie apparent ne pouvait laisser imaginer une telle activité. Ni sa petite maison ordinaire, avec son drapeau breton, son épouvantail à moineau et sa balançoire, ni sa Twingo blanche toujours garée devant la maison, n’attiraient l’attention. Pour ses voisins, Gal Vallerius et sa femme Yasmin, étaient un couple qui menait une existence normale, même s'ils n’avaient pas d’amis dans le village et que personne ne savait exactement de quoi ils vivaient. Leurs seules particularités était que Yasmin, d’origine russe, ne parlait pas le français et que Gal avait une barbe rousse de près de 30 centimètres de long taillée en pointe.

    Gal Vallerius, fils de David, un ancien policier, et de Marie-Françoise, une bretonne de souche décédée dans un accident de voiture en 2001, est né à Haïfa en Israël il y a 36 ans. Il grandit en Israël avec ses deux frères, et très vite se distingue pour ses talents de « geek » : c’est un crack en informatique et il parle cinq langues. D’après Paris-Match, à 17 ans il travaille pour une société internationale de haute technologie, puis donne des cours à l'université. Surdoué, il maîtriserait plus de 17 langages informatiques. En 2010, il épouse Yasmin, une russe rencontrée en Israël, et s’installe avec elle en Bretagne où il achète successivement trois maisons, toutes plus discrètes les unes que les autres.

    Le présumé « dealer » trahi par sa barbe

    Le 31 août 2017, alors que Gal Vallerius, accompagné de son épouse, se rend au championnat du monde de barbes et de moustaches à Austin au Texas pour concourir, il est arrêté par la DEA, à sa descente d'avion à l’aéroport d’Atlanta. La DEA qui enquête sur lui déjà depuis un certain temps, l’accuse d’être un baron de la drogue qui officie sous le pseudonyme d’« OxyMonster » sur le « Dark web », le web des ténèbres, un espace occulte d'internet où les transactions sont réputées indétectables.

    D’après le document d’accusation, mis en ligne par le tribunal du district sud de Floride, l’affaire a commencé en janvier 2017, avec une enquête de la DEA sur les ventes de drogues sur le Dark web, accessible via le réseau Tor (un réseau qui permet de préserver l’anonymat de ses usagers). Un site en particulier les intéresse, le « Dream Market», considéré comme le plus important site de produits stupéfiants sur le Dark web. 94 000 annonces sont analysées. Sur le forum du site, la DEA découvre que le Dream Market est administré par un certain « OxyMonster » qui fournit, par correspondance dans le monde entier, divers stupéfiants et en particulier du fentanyl et de l’oxycodone, deux puissants anesthésiants très prisés aux Etats-Unis. Au bout de quelques semaines d’enquête, « OxyMonster », dont on sait qu’il réalise ses opérations en bitcoins, une monnaie virtuelle pour brouiller les pistes, est localisé en France. Or, la plupart de ces transactions en bitcoins renvoient vers un même nom, un certain Gal Vallerius.

    Un bitcoin. ©Reuters.

    De plus, Gal Vallerius, qui est très actif sur Twitter et Instagram à propos de sa barbe, a l’habitude de signer ses messages par une formule caractéristique avec deux points d’exclamation qu’utilise également « OxyMonster » sur le Dream Market. L’ensemble de ces éléments ont amené le tribunal fédéral de Miami à considérer que Gal Vallerius était « OxyMonster » et une plainte a été déposée à son encontre, entraînant immédiatement son arrestation quand il est venu exhiber sa barbe sur le territoire américain.

    Lors de son arrestation, Gal Vallerius reconnait être un utilisateur du Dream Market mais nie être « OxyMonster ». L’analyse de l’ordinateur avec lequel il voyage montre la présence du logiciel Tor et la présence d’un compte garni en bitcoins pour une valeur estimée à 500 000 dollars. Gal Vallerius est alors transféré dans une prison de Miami et sa femme est priée de reprendre le premier avion pour la France. Lors d’une perquisition à son domicile en Bretagne, on trouvera 50 000 euros en espèces et des stupéfiants. Son avocat tentera de faire retirer du dossier son ordinateur mais cette demande sera refusée.  

    Coupable ? non-coupable ?

    Son procès plusieurs fois reporté devrait connaître un nouveau développement avec l’annonce d’un accord avec la justice américaine. Afin d’éviter un procès qui pourrait faire condamner Gal Vallerius à une peine de prison à vie, s'il était jugé coupable, un accord est en négociation entre l’accusé et le bureau du procureur de la cour fédérale de Miami en charge de ce jugement. Le système judiciaire américain permet à un accusé de négocier un accord s'il accepte de plaider coupable. Gal Vallerius pourrait dans le cadre de cet accord, dont la teneur sera révélée le 12 juin, obtenir un allègement de sa peine, estimée d’après le Miami Herald à 20 ans de prison minimum. Dans cette attente, Gal Vallerius, qui est autorisé à garder sa barbe en prison, conformément au premier amendement de la Constitution américaine, se dit non coupable.

    Cette affaire confirme une tendance, déjà bien connue des experts antidrogue. Les réseaux les plus cachés de l’Internet sont un canal particulièrement prisé des trafiquants de drogue, comme de nombreux autres groupes criminels ou terroristes. Dans l’introduction de son rapport 2017, Yury Fedotov, le directeur exécutif de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) écrivait: «Les drogues représentent toujours une importante source de revenus pour les réseaux criminels organisés, mais les modèles économiques changent : les criminels exploitent les nouvelles technologies telles que le « Dark net », qui modifient la nature des échanges illicites de drogue et les types d’acteurs impliqués, et on constate une montée en puissance des réseaux horizontaux moins rigides et de groupes de taille réduite. Les nouveaux modes de livraison utilisés montrent par ailleurs qu'il faut faire participer d’autres secteurs tels que les services postaux à la lutte contre le trafic de drogues».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.