GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Hebdo

    France: trois touristes sud-américaines placées en centre de rétention

    media Du linge étendu dans la cour d'un centre de rétention administrative au Mesnil-Amelot, au nord de Paris, le 6 mai 2019 (photo d'illustration). Christophe ARCHAMBAULT / AFP

    Selon l'association Anafé, en 2018, 331 étrangers, touristes ou demandeurs d'asile ont été placés en centre de rétention après avoir été placé dans la zone d'attente d'un aéroport français. C'est le cas de trois touristes sud-américaines qui transitaient à l'aéroport de Roissy fin juillet. Elles voulaient aller en vacances en Espagne et visiter leur famille en Suisse, mais elles se sont retrouvées en centre de rétention à Roissy, après que l'entrée dans le territoire leur a été refusée à l'aéroport.

    Elles ne se connaissaient pas mais ont vécu la même situation. Jenifer et Liliana, deux Colombiennes, et Wilma, vénézuélienne, sont contrôlées par la police aux frontières à l'aéroport de Roissy, à quelques jours d'intervalles.

    Pour accéder à l'espace Schengen, les étrangers doivent remplir des conditions : détenir un passeport, un visa, des garanties financières ou encore justifier de l'hébergement dans le pays de destination finale. Le but des autorités, c'est de s'assurer que les touristes n'aient pas l'intention de rester sur le territoire européen.

    Pas d'attestations d'hébergement

    Mais les trois femmes ont peu d'argent sur elles, et n'ont pas les attestations d'hébergement. Leur passeport leur est retiré. Elles sont placées dans la zone d'attente de personne en instance à Roissy, le lieu où sont maintenues les personnes refusées à l'entrée au territoire.

    « On nous a mis dans une cellule pendant 24 heures et nous a menottées. La police se moquait de nous, ils nous ont obligés à nous déshabiller, (à enlever) même nos sous-vêtements, tout. C’était vraiment humiliant », raconte Liliana.

    Après une garde à vue et l'obligation de quitter le territoire français, elles sont conduites dans un centre de rétention près de Rouen, avant d'être libérées le 11 août dernier. Toujours sous le coup d'une procédure d'éloignement du territoire français, elles attendent l'audience du 23 août qui devrait lever l'interdiction.

    ►À lire aussi: Rétention: manifestation à Paris contre des politiques «hyper répressives»

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.