GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Séoul indique vouloir rompre un accord de partage de renseignements militaires avec Tokyo (présidence)
    • Kosovo: Le Parlement a été dissous par les députés, signale l'AFP
    • Syrie: le régime va permettre aux civils de sortir de la province d'Idleb (agence officielle Sana)
    • Chine: des morts et des disparus dans des coulées de boue dans une région montagneuse du sud-ouest du pays (autorités)
    • Inde: spectaculaire arrestation de Palaniappan Chidambaram, ancien ministre des Finances devenu l'un des leaders de l'opposition
    • Ce 22 août, la Russie a lancé «Fiodor», son premier robot humanoïde, vers la Station spatiale internationale
    • Texas: douzième exécution depuis le début de l'année aux États-Unis
    Médias partenaires

    Liberia: l'ex-femme de Charles Taylor rattrapée par la justice britannique

    media Agnes Reeves Taylor a été arrêtée au Royaume-Uni par une unité de la police chargée des crimes de guerre, a indiqué Scotland Yard, dans un communiqué. Photo: ChrisO, source: Wikipédia

    Au Royaume-Uni, l'ex-femme de Charles Taylor, ancien président du Liberia, a été interpellée. Dans la foulée, Agnes Reeves Taylor a également été inculpée, vendredi 2 juin, pour des faits présumés de torture commis pendant la guerre civile au Liberia. Elle comparaît, ce samedi 3 juin, devant un tribunal.

    Agnes Reeves Taylor est à son tour rattrapée par la justice, cinq ans après la condamnation de son ex-époux, Charles Taylor, à 50 ans de prison pour crimes contre l'humanité et crimes de guerre durant le conflit en Sierra Leone.

    L'ancienne première dame libérienne est soupçonnée de crimes de torture et d'avoir participé aux atrocités commises pendant la première guerre civile au Liberia. Les faits qui lui sont reprochés remontent à une période allant de décembre 1989 à 1991, date à laquelle Charles Taylor, chef du Front national patriotique du Liberia, avait mené, dans ce pays, une des plus sanglantes guerres civiles du continent africain.

    L'enquête de la police britannique a été lancée, grâce aux informations fournies par deux ONG de défense des victimes de crimes de guerre pour qui l'inculpation d'Agnes Reeves Taylor, aujourd'hui âgée de 51 ans, est « extrêmement significative ».

    Ces ONG précisent que c'est « la seconde fois » qu'une personne précédemment associée aux forces rebelles de Charles Taylor est accusée de crimes commis durant les guerres civiles libériennes. Le premier cas concernait la commandante Martina Johnson, arrêtée en Belgique en septembre 2014.

    Agnes Reeves Taylor a été arrêtée, jeudi, à son domicile, à Dagenham, dans la banlieue-Est de Londres. Sa comparution, ce samedi, est la première étape formelle d'un long parcours judiciaire.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.