GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 16 Septembre
Lundi 17 Septembre
Mardi 18 Septembre
Mercredi 19 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Négociations du Brexit: le chancelier autrichien Sebastian Kurz confirme «un sommet spécial» en novembre 2018
    • Parlement européen: pour Laurent Wauquiez (LR), Orban «a toute sa place au PPE» («Figaro»)
    • Plusieurs centaines de migrants évacués ce jeudi matin du centre de la ville de Nantes
    • Procès Bygmalion: la décision sur les recours de Sarkozy a été reportée au 25 octobre (cour d'appel)
    • France-CSG: 300 000 retraités bénéficieront en 2019 d'un geste fiscal (Philippe)
    • Guerre commerciale: le patron d'Alibaba Jack Ma renonce à sa promesse de créer un million d'emplois aux Etats-Unis (Chine nouvelle)
    • Japon: le Premier ministre Shinzo Abe a été réélu à la tête de son parti (officiel)
    Médias partenaires

    Le ReRao en quête de nouveaux partenaires

    media Le ReRao a continué à se développer et compte aujourd'hui 23 radios dans 12 pays. ReRao

    Lancé en 2014, le Réseau des radios en Afrique de l'Ouest pour l'environnement (ReRao) continue son extension. Mais, de nouveaux fonds doivent être trouvés pour assurer sa pérennité. Baboucar Mbaye Balde, son président, fait le bilan de ses trois années d'existence.

    En juin 2016 (lire article paru dans Hors Antenne), le ReRao comptait 18 radios dans 9 pays d'Afrique de l'Ouest. Le réseau a-t-il continué de se développer comme vous l'espériez ?
    Oui, puisqu'il est aujourd'hui constitué de 23 radios dans 12 pays. Le Niger, le Togo et le Ghana l'ont rejoint. Et d'autres demandes d'adhésion attendent d'être validées par notre comité de direction. Chaque fois que j'ai l'occasion de me rendre dans des pays de la sous-région, je saisis cette opportunité pour rencontrer de nouveaux partenaires et leur parler de nos actions.

    Chaque mois, le ReRao conçoit une émission régionale, composée de reportages réalisés et diffusés par les radios du réseau. Comment parvenez-vous à la produire ?
    Soit nous décidons de traiter une thématique commune, soit les radios proposent des sujets différents. Dans les deux cas, elles m'envoient leurs éléments que je monte sous la forme d'une émission que je renvoie au réseau pour diffusion avec quelques difficultés. Mais depuis peu, la radio Cayar a lancé son propre site web : www.kayarfm.com. Il est prévu qu'un espace soit consacré au ReRao, ce qui facilitera le partage de nos contenus.

    Avez-vous pu mesurer les résultats de vos actions menées depuis trois ans ?
    Oui. Prenons l'exemple de Cayar (NDLR : ville située au nord de Dakar, au Sénégal) avec la radio Cayar, dont je suis le directeur. Le ministère de la Pêche nous a récemment félicités parce que, grâce au travail de prévention fait par la radio, le nombre d'accidents en mer avait baissé. De même, de nombreux jeunes périssaient en mer en tentant de rejoindre l'Europe sur des pirogues, avec l'appui de passeurs qui leur demandaient près de 300 000 FCA. A tel point que Cayar était surnommée le 2e aéroport du Sénégal ! Nous avons tout fait pour décourager ces jeunes de partir en pirogue. Ces émissions ont été reprises par les radios membres du ReRao. L'Union européenne a constaté que moins de personnes prenaient le large. Enfin, régulièrement, des auditeurs viennent à la radio nous réclamer des émissions qu'ils souhaitent réécouter ou faire écouter à leur entourage. C'est la preuve que nos actions au quotidien sont utiles pour la population locale. Nous sauvons des vies. Pour nous, c'est une belle récompense.

    Quels sont les défis, auxquels doit faire face le ReRao ?
    Au départ, nous étions appuyés par l'UICN*, le WWF**, Gowamer*** et le Rampao****. Mais, le bureau du WWF à Dakar a fermé et l'UICN devrait se retirer prochainement. Il devient donc urgent de trouver de nouveaux partenaires et des fonds pour assurer la pérennité du ReRao. Nous y travaillons. Par ailleurs, nous sommes en négociation très avancée avec le Programme régional de conservation côtière et maritime (PRCM).

    *UICN : Union internationale pour la conservation de la nature.
    **WWF : World Wide Fund.
    ***Gowamer : Gouvernance, politiques de gestion des ressources marines et réduction de la pauvreté dans l'Ecorégion Wamer (Mauritanie, Sénégal, Gambie, Guinée-Bissau, Guinée, Sierra Leone, Cap-Vert).
    ****Rampao : Réseau des aires marines protégées en Afrique de l'Ouest.

    Retourner à l'accueil des Médias Partenaires.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.