GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 20 Juin
Mercredi 21 Juin
Jeudi 22 Juin
Vendredi 23 Juin
Aujourd'hui
Dimanche 25 Juin
Lundi 26 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Chine: glissement de terrain, 100 personnes seraient ensevelies (officiel)
    • Colombie: la libération de journalistes néerlandais annoncée par «erreur» (ELN)
    France

    Restauration solidaire: Moussa se débrouille comme un chef

    media En moins de six mois, Moussa Coulibaly est passé de l'épluchage des légumes à l'élaboration de plats gastronomiques. Christophe Carmarans / RFI

    Associé au collectif « Toques et Partage », le restaurant «  Manger » à Paris propose des plats soignés tout en contribuant à la réinsertion de personnes ayant décroché du monde du travail pour des raisons diverses. Arrivé il y a six mois d'un centre d'hébergement parisien, Moussa Coulibaly, originaire de Bamako, a vite trouvé sa place en cuisine.

    Rien ne prédestinait Moussa Coulibaly à devenir cuisinier dans un restaurant chic du XIe arrondissement. Arrivé à Paris il y a une dizaine d’années en provenance de Bamako, ce jovial malien menait jusqu’à très récemment une existence de cigale. Danseur de formation, il vivait surtout de contrats d’été, le dernier à Montpellier, mais se trouvait bien des fois dépourvu, une fois la bise venue. La vie de Moussa a radicalement changé il y a sept mois lorsqu’il s’est présenté au restaurant Manger, un établissement soigné situé au 24 rue Keller, dans le quartier de la Bastille, à Paris.

    Les bases du métier

    Une partie de la salle du restaurant est éclairée par un puits de lumière et donne sur la cuisine ouverte. Christophe Carmarans / RFI

    « Comme avec la danse, ça ne marchait plus trop, je travaillais à mi-temps dans un centre d’hébergement d’urgence dans le XIIIe arrondissement où je préparais les petits-déjeuners », explique-t-il. Constatant qu’il mettait du cœur à l’ouvrage, l’agence locale de Pôle emploi ainsi que La Mie de Pain (une association de lutte contre la pauvreté, ndlr),  l’ont mis en relation avec Toques et Partage. Ce collectif de chefs étoilés s’est fixé pour objectif de créer un nouveau modèle de restauration solidaire et a fait rencontrer à Moussa Thierry Monassier, le propriétaire du restaurant Manger.

    Attaché lui-même, depuis longtemps, à ce principe de la restauration solidaire, Thierry Monassier emploie en ce moment à temps complet deux personnes, dont Moussa, en contrat d’insertion ainsi que cinq apprentis en contrat emploi avenir (v. encadré ci-dessous), un véritable défi pour un restaurant qui fait dans le haut de gamme à des prix raisonnables, en misant sur la qualité de la cuisine, du service et du décor. Les débuts ont été assez difficiles, il ne le cache pas, en ce qui concerne ces personnes en réinsertion, arrivant sans aucun bagage et souvent totalement déconnectées du monde du travail.

    « On a dû faire de la formation globale en commençant par le plus basique : arriver à l’heure, respecter ses collègues, s’organiser dans le travail ; bref, les fondamentaux. Et pas seulement composer une salade de tomates mais savoir d’où vient la tomate, comment on la transforme, comment on la sert etc. C’est une école de vie et un apprentissage ». Après avoir connu quelques déconvenues dans un premier temps face à des éléments peu motivés ou mal équipés pour embrasser la profession, Thierry Monassier et son chef William Pradeleix ont affiné leurs critères de sélection.

    « C’est un métier assez difficile, avec des heures qui sont difficiles aussi. Donc il faut vraiment avoir une passion et une envie », insiste William Pradeleix, un jeune chef qui a déjà pas mal bourlingué (Londres, Marrakech, San Francisco, Bora Bora) et qui ne fait pas dans la facilité : il propose un semainier, autrement dit une carte qui varie chaque jour de la semaine, avec des cuissons différentes (grillé, rôti, vapeur etc.). « Il faut y aller doucement », poursuit-il. « D’abord leur imposer d'arriver à l’heure puis de se plier à la rigueur au travail : le rangement, les produits, les découpes, les levages des poissons ; puis travailler sur une carte plus complexe. On a deux ans pour les amener à devenir des professionnels et à connaître vraiment ce qu’est le métier ».

    Un palier supplémentaire

    Le filet de cabillaud à la vapeur et sa mousseline de carotte et de pommes de terre. Christophe Carmarans / RFI

    Pour Moussa cependant, tout est allé très vite. « Au début j’étais au sous-sol, je faisais la mise en place et j’épluchais les légumes », se rappelle-t-il. « Mais au bout de trois mois, comme ils ont vu que j’étais motivé, ils m’ont fait monter en cuisine ». « A partir de là, poursuit Moussa, ils ont vu que je me débrouillais bien. Maintenant, je m’occupe de la cuisson des viandes, du poisson. Je fais aussi les sauces et je prépare les entrées. Au bout de trois mois en cuisine, j’étais capable d’assurer le service du midi pour une quarantaine de couverts. Et cela fait maintenant trois mois que je fais le midi, et parfois aussi le soir ».

    Le service du soir, c’est encore un palier supplémentaire à franchir car Manger propose à ses clients le « Menu des Chefs », un repas exceptionnel à 57 euros qui se compose d’une entrée, d’un poisson, d’une viande et d’un dessert, quatre délices préparés à partir des recettes de chefs aussi réputés que Pierre Gagnaire, Jérôme Banctel ou Christophe Michalak. Ce prestigieux éventail de recettes change tous les deux mois et demi pour varier les plaisirs et satisfaire la curiosité des habitués du restaurant. En outre, 10% de chaque addition de ce Menu des Chefs sont reversés à l'association Toques et Partage. Désormais entre de bonnes mains, Moussa Coulibaly veut continuer dans la carrière à l’issue de ses deux ans de formation. Grâce à Toques et Partage, il espère trouver une place dans un établissement renommé pour y gravir les échelons. Le but ultime  ? « Peut-être retourner à Bamako pour y ouvrir un restaurant qui combinerait les cuisines françaises et africaines ». Et pour transmettre à son tour l’expérience acquise derrière les fourneaux de William et Thierry.
     

    Les contrats d'insertion et les emplois d'avenir dans le système français

    Le contrat unique d'insertion (CUI) associe formation et aide financière pour faciliter l'embauche de personnes dont les candidatures pour occuper un emploi sont habituellement rejetées. Il se divise en 2 catégories : le contrat initiative emploi (CUI-CIE), qui concerne le secteur marchand industriel et commercial, et le contrat d'accompagnement dans l'emploi (CUI-CAE), qui s'adresse au secteur non marchand, public ou associatif.

    L'emploi d'avenir est un contrat d'aide à l'insertion destiné aux jeunes particulièrement éloignés de l'emploi, en raison de leur défaut de formation ou de leur origine géographique. Il comporte des engagements réciproques entre le jeune, l'employeur et les pouvoirs publics, susceptibles de permettre une insertion durable du jeune dans la vie professionnelle.

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.