GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Octobre
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Octobre
Lundi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Hebdo

    En Arabie saoudite, le sport pour les filles bientôt autorisé à l’école?

    media L'Arabie saoudite est le seul pays au monde où les femmes ont l'interdiction de conduire. Reuters/Faisal Al Nasser

    Un vent d’espoir semble souffler sur l’Arabie saoudite où les petites filles pourraient bientôt être autorisées à faire du sport à l’école… Un petit geste, mais très symbolique, dans un pays ultraconservateur où les femmes n’ont toujours pas le droit de conduire et où elles sont considérées comme des mineures.

    De notre correspondante à Riyad,

    C’est symbolique pour nous, Occidentaux, mais cela ne l’est pas pour ces femmes, pour qui il s’agit plutôt d’une avancée. On peut donc parler d’un signe encourageant. Il faut savoir que la semaine dernière, le conseil de la Choura, le Conseil consultatif a voté à une écrasante majorité 92 voix « pour », 18 voix « contre » une résolution recommandant l’introduction de cours d’éducation physique dans les établissements publics pour filles. Pour l’instant, seuls les écoles, collèges et lycées privés autorisent la pratique du sport aux jeunes saoudiennes. Les défenseurs de cette recommandation, à savoir les membres « progressistes » y voient avant tout un intérêt de santé publique : lutter notamment contre l’obésité qui touche actuellement 44 % des Saoudiennes. Outre l’aspect santé et bien-être, le sport devrait permettre à court terme la création d’emplois pour les femmes. 

    Des débats animés à la Choura

    Toutefois, les débats entre progressistes et conservateurs ont été animés à la Choura, la pratique du sport par les filles n’étant pas du goût de tout le monde.Les religieux ultraconservateurs fustigent, et manifestent leur colère sur les réseaux sociaux. C’est le cas d’Abdullah al-Dawood. Sur son compte Twitter, cet imam virulent considère que la pratique du sport par les femmes va déboucher sur « l’infidélité et la prostitution ». Il faut dire que ce religieux n’en est pas à sa première incartade. Il y a un an, il avait appelé les hommes à harceler sexuellement les caissières ou les vendeuses dans les magasins afin de les dissuader de travailler. Précisons que sa campagne d’intimidation et de gesticulation n’a pas été suivie d’effets puisque les femmes sont de plus en plus nombreuses à remplacer les hommes dans les magasins du Royaume. Malgré les obstacles mis sur leur route par des récalcitrants de « tout poil », les femmes poursuivent inlassablement leur «  marche silencieuse ».
    Rappelons aussi qu’il y a deux ans, à Londres, l’Arabie saoudite présentait deux Saoudiennes aux Jeux Olympiques. Un moment historique !Il s’agit de Sarah Tahar et Wojdan Shaerkani. Leur présence avait d’ailleurs suscité une vive polémique. Les autorités saoudiennes avaient exigé que leurs deux athlètes concourent en respectant la tenue conforme à la charia, à savoir corps et cheveux entièrement couverts et interdiction de se mêler à la gente masculine dans les salles d’attente - non mixité oblige ! De leurs performances sportives, on ne retient rien. Mais Sarah et Wojdan sont entrées dans l’histoire. Leur participation s’apparentait plus à une caution politique que sportive. Elles ont en effet ouvert la porte à d’autres sportives saoudiennes pour les prochains J.O. A condition toutefois que les filles pratiquent une activité sportive régulière dès le plus jeune âge à l’école. Et c’est de bon augure !

    Clarence Rodriguez est l’auteur de Révolution sous le voile, paru mi-février 2014 aux Editions First. Un livre dans lequel elle a consacré une large place à la situation de la femme en Arabie saoudite. 324 pages. 17,90 euros.

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.