GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 22 Mai
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Mercredi 25 Mai
Aujourd'hui
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    MFI

    Le riche héritage des Indiens des Plaines exposé à Paris

    media Christophe Carmarans / RFI

    Le Musée du quai Branly de Paris présente « Indiens des Plaines », une exposition qui rassemble, pour la première fois, une collection couvrant une période de plus de 500 ans. En harmonie totale avec leur environnement, les Indiens d’Amérique du nord transformaient en œuvres d’art les objets de leur quotidien.

    informations pratiques

    Du 08 avril au 20 juillet 2014
    Musée du quai Branly
    37 quai Branly - portail Debilly
    75007 Paris
    Tarifs : 7,00 euros (tarif normal)
    Horaires : 11h00-19h00 (jusqu'à 21h00 jeudi, vendredi et samedi)
    Fermé le lundi

    C’est un formidable témoignage de la richesse artistique des civilisations indiennes qui s’expose depuis le 8 avril et jusqu’au 20 juillet au Musée du quai Branly de Paris. Cet héritage est d’autant plus spectaculaire et émouvant que tous ces objets, vêtements et tableaux sont le seul testament de peuples qui n’ont pas connu l’usage de l’écriture pour transmettre leurs savoirs et leurs valeurs à travers les âges. Rassemblant 146 œuvres d’art conservées par quelques-unes des plus importantes collections européennes et américaines, cette magnifique exposition sobrement intitulée « Indiens des Plaines » présente toutes les facettes artistiques des premiers habitants d’Amérique du nord (v. diaporama en fin d'article).

    Un parcours de 500 ans

    Le chef Iakota red Cloud (1822-1909).

    Coiffes et parures de plumes, peaux de bison peintes, peintures et dessins, vêtements à haute valeur symbolique, objets cérémoniels et sculpturaux – insuffisamment éclairés à notre goût – ont été agencés en sept sections chronologiques distinctes par Jean-Michel Wilmotte dans un souci de présenter toute la variété et la créativité de ces civilisations sur une période de plus de 500 ans, allant du XVIe siècle à nos jours. D’un point de vue géographique, « Indiens des Plaines » s’intéresse à une zone comprise entre l’Ouest du Mississippi et les contreforts des Montagnes Rocheuses dans le sens Est-Ouest, entre le Canada (Alberta, Saskatchewan, Manitoba) et le Golfe du Mexique dans le sens Nord-Sud, zone peuplée durant des siècles par plus d’une trentaine de tribus dont les noms de certaines nous sont familiers (Apaches, Cheyennes, Comanches, Sioux) et d’autres moins (Yankton, Quapaw, Kiowa, Gros Ventre etc.).

    Jusqu’à l’arrivée des Espagnols en 1540, la très grande majorité de ces tribus menait des vies sédentaires ou semi-nomades mais l’introduction du cheval par les conquistadors – animal absent du continent américain jusque-là – allait profondément modifier leur mode de fonctionnement de même que, plus tard, l’utilisation du fusil. Au centre de cette existence menée en harmonie avec la nature : le bison. Son extermination programmée par le colonisateur (de 20 millions en 1850, la population des bisons chuta à seulement 20 000 en 1885 et à moins de 1 000 en 1895 !) a fini de marquer le déclin du peuple indien, privé de sa ressource principale sur le plan comestible et vestimentaire. Restent aujourd’hui des vêtements et tentures magnifiques ainsi que des peintures et des effigies à la gloire de l’ancien roi des plaines dont l’élevage a repris : le cheptel nord-américain serait aujourd’hui de l’ordre de 450 000 têtes.

    La visite s’ouvre d’ailleurs sur une note optimiste puisque la première section de l’expo est consacrée à la vie artistique contemporaine, période allant de 1965 à nos jours qui a permis aux descendants des Indiens des Plaines de trouver un mode d’expression à la fois moderne et enraciné dans leur culture à travers la peinture, le design, l’habillement et la décoration. On apprend au passage que la population indienne connaît une forte croissance démographique depuis les années 1960. Ceux que l’on appelle désormais aux Etats-Unis les « Native Americans » (les Américains natifs) étaient 5,2 millions en 2012, un chiffre qui devrait encore doubler d’ici 2060, selon l’Agence américaine de recensement.

    L'imaginaire du western

    Outre les œuvres d’art, dont quelques pièces vestimentaires absolument splendides (tuniques de peau aux couleurs vives, coiffes de plumes d’aigle, plastrons de perles et de dents), « Indiens des Plaines  » fait également une belle place à l’image, à travers des photos de figures célèbres (comme Sitting Bull), à la cartographie (voir entre autres le tracé de la fameuse expédition Lewis et Clark de 1804-1806) et bien entendu au cinéma par le biais du western, genre qui connut son heure de gloire dans les années 1940-1960.

    Grâce à des extraits de film choisis par le critique et historien du 7e art, Michel Ciment, et projetés dans une salle sur grand écran, on peut voir comment la représentation du méchant « peau rouge » du temps du cinéma muet a progressivement évolué vers le Sioux bienveillant de Danse avec les Loups, sorti en 1990. Une fois son séjour parisien achevé le 20 juillet, l’exposition s’envolera direction les Etats-Unis pour une sorte de retour aux sources en septembre au Musée Nelson-Atkins de Kansas City (Missouri) dont le conservateur, Gaylord Torrence, a conçu « Indiens des Plaines » avec minutie. Puis, en mars 2015, ce sera au tour du Metropolitan Museum of Arts de New York d’ouvrir ses portes à cette exposition dont le public français aura donc eu la primeur.

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.