GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
Samedi 25 Mai
Aujourd'hui
Lundi 27 Mai
Mardi 28 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Hebdo

    Aumôniers militaires, des diplomates en treillis au service de la paix

    media Le 23 décembre 2010, Monseigneur Ravel, évêque aux armées, a rencontré les militaires français engagés en Afghanistan. Etat-major des armées

    Depuis la guerre des Balkans, l'OTAN a redécouvert l'intérêt de ces soldats d'un genre bien particulier, les aumôniers militaires. Aujourd'hui beaucoup plus que de simples oreilles compatissantes, ils jouent un véritable rôle de conseillers dans les états-majors. Ils sont également l'outil d'une diplomatie discrète mais respectée par de nombreux interlocuteurs.

    « La guerre c'est pas beau. Quand je vois un film de guerre, j'ai envie de dégueuler. La guerre, c'est moche... surtout quand on l'a traversée. » Ces propos très crus, ce sont les mots que le père Blaise Robotier tient aux lycéens qu'il rencontre et qui l'interrogent sur son rapport aux armes. Aumônier militaire des Invalides, à Paris, le père Robotier a accompagné les troupes françaises en opération, au Kosovo, lors de l'indépendance en 2008.

    Dans l'armée française, des aumôniers représentent les quatre religions majeures : catholicisme, protestantisme, judaïsme et islam (la légion étrangère accueille également un orthodoxe). Ces religieux un peu particulier qui portent l'uniforme sont historiquement chargés d'accompagner les militaires qui partent au combat. Il s'agit « d'aider les gens à garder un regard lucide », explique sobrement le père Robotier. Sous le grade unique d'aumônier, ils sont environ 400, militaires d'active ou de réserve, dont la moitié à mi-temps.

    Au sein de l'OTAN, la conscience du rôle des religions dans un certain nombre de conflits a rappelé l'importance des aumôniers aux armées occidentales. Ces forces décident de les utiliser pour autre chose que leur rôle initial : « l'aumônier n'est plus seulement celui qui écoute les hommes et les femmes de la Défense, explique le père Robotier. Il joue aussi un rôle de conseil auprès de l'état-major. »

    Au Kosovo, il rencontre les responsables religieux des différentes communautés. D'abord seul, il essaie de comprendre les préoccupations de chacun. Il conseille ensuite le commandant de la force militaire lorsqu'il ira à son tour rencontrer ces autorités respectées des populations. « Les religieux, au delà de la connaissance théologique, essaient de comprendre l'homme. »

    La foi en le meilleur

    C'est en Afrique que le pasteur Christian Lebrun a usé ses rangers. Côte d'Ivoire, Tchad, Somalie, République centrafricaine... il est pleinement conscient de l'importance des Eglises protestantes sur le continent. « En Afrique, le spirituel est au cœur de la vie de chacun. » Dans ce contexte, l'aumônier militaire est « le messager de Dieu et bénéficie d'un grand respect ».

    En Côte d'Ivoire, le pasteur Lebrun remarque ainsi que cette position a permis aux aumôniers militaires de devenir un lien privilégié entre l'armée française et les chefferies des villages. Ils favorisent la menée d'opérations civilo-militaire et, là-aussi, conseillent : l'aumônier « informe, attire l'attention de l'autorité militaire sur ce qui peut empirer le conflit ».

    En 2006, les religieux ivoiriens, avec l'appui des aumôniers militaires, organisent une grande messe de réconciliation dans la cathédrale de Yamoussoukro. Des représentants des différentes religions, de la force Licorne, mais surtout, une trentaine de militaires des Forces nouvelles venue du Nord rebelle, écoutent l'office avec dévotion. Le pasteur Lebrun se souvient d'un geste inattendu, alors totalement improvisé par le chef d'état-major des armées ivoirien, fidèle à Laurent Gbagbo, le général Philippe Mangou. Celui-ci se lève et fait face à ses ennemis, avant de leur lancer : « je te demande pardon pour les événements passés, je te demande pardon ».

    Si les initiatives des aumôniers militaires restent insuffisantes pour enclencher des processus de paix, leur action semble précieuse et paraît échapper aux antagonismes. Ils s'appliquent à faire se rencontrer les belligérants, à les faire dialoguer, quitte à jouer les intermédiaires. « Tirer sur quelqu'un que l'on ne connaît pas, c'est facile, remarque le père Robotier. Tirer sur quelqu'un que l'on connaît, c'est difficile. Tirer sur un frère, c'est presque impossible. »

    Archives : Installation d'une cloche pour l'office, sur la base de Tora, en Afghanistan. Sirpa Terre/JB Tabone
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.