GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Hebdo

    Russie : en attendant le verdict de l’affaire Politkovskaïa

    media Pavel Riagouzov, Sergueï Khadjikourbanov, Ibraguim Makhmoudov et Djabraïl Makhmoudov (de g à d), jugés pour le meurtre de la journaliste, Anna Politkovskaïa, devant le tribunal militaire de Moscou, le 17 novembre 2008. A. Basalayev/Reuters

    Dans Appels sur l’actualité, un auditeur de Lomé demande des précisions sur le procès des cinq accusés, qui ont été reconnus coupables, le 20 mai, par un tribunal de Moscou, du meurtre de la journaliste d'investigation, Anna Politkovskaïa, assassinée en 2006. Quatre d’entre eux ont organisé l'attentat, à l'entrée de son immeuble dans la capitale russe, et la cinquième a commis le meurtre, selon l'agence Interfax. Les peines n'ont toujours pas été prononcées. Il n'y a eu que le réquisitoire, qui réclame des peines de quinze ans à perpétuité.

    Huit ans, c’est très long. Pourquoi a-t-il fallu autant de temps pour condamner les meurtriers ?
    Et bien, la machine judiciaire russe n’a effectivement pas été très rapide. Depuis le meurtre d’Anna Politkovskaïa – elle a été tuée le 7 octobre 2006 dans son immeuble – il y a eu trois procès avant la condamnation en cours. Et l’affaire n’est pas finie. Un premier procès a eu lieu en novembre 2008. A l’époque, il n’y avait dans le box des accusés que deux frères tchétchènes, les Makhmoudov, et un policier de Moscou. Au bout de trois mois d’audiences, les jurés les ont déclarés « non coupables ». Mais le parquet a fait appel et la Cour suprême a ordonné un complément d’enquête.

    Comment expliquer que les commanditaires du meurtre n’ont toujours pas été retrouvés alors qu’on a trouvé les exécutants ?Qui mène l’enquête ?
    En Russie, les enquêtes importantes sont menées par le comité d’enquête, qui fonctionne un peu comme une super-chambre d’instruction, mais qui dépend directement du pouvoir politique. Ce comité est contrôlé notamment par une procurature qui vérifie les actes, ordonne les suppléments d’enquête et décide du renvoi devant le tribunal. C’est le 31 mars 2011 que le troisième frère Makhmoudov a été arrêté, celui qui est accusé aujourd’hui d’avoir appuyé sur la détente, donc d’être l’assassin. En août de cette année-là, un officier de police, Dmitri Pavlyuchenkov, a aussi été arrêté.

    Et ce policier est un des personnages-clé de l’affaire !
    Oui. Ce monsieur a participé au premier procès, mais comme « témoin secret de l’accusation », autrement dit un « témoin anonyme »… Puis, Pavlyuchenkov a été accusé d’avoir organisé le meurtre. Mais, nouveau revirement, il a négocié avec le comité d’enquête et obtenu un procès à huis-clos dans lequel il était le seul accusé mais sans contre-interrogatoire. Officiellement, il aurait accepté de collaborer avec le comité d’enquête et se serait engagé à donner le nom du commanditaire du meurtre... En fait, il n’a rien dit. En décembre 2012, il a été condamné à onze ans de prison. Mais aujourd’hui, les avocats de la partie civile, ceux qui représentent la famille d’Anna Politkovskaïa, sont furieux qu’il n’y ait pas eu de procès public avec la possibilité d’interroger cet homme qui sait sans doute beaucoup de choses… Il ne s’agit pas d’un simple policier, mais d’un lieutenant-colonel, membre d’un département secret de la police…

    Finalement, y a-t-il eu un deuxième procès ?
    Oui, en juin 2013, le deuxième procès a débuté avec les mêmes accusés, plus Roustam Makhmoudov, accusé d’avoir tué la journaliste, et leur oncle qui les aurait recruté. Dès le début, les deux enfants d’Anna Politkovskaïa ont refusé d’y participer. Ils dénoncent une mascarade, puisqu’il n’y a toujours pas de commanditaire, et en plus, ils contestent le choix des jurés. En effet, au fil des semaines, les jurés ont abandonné le jury les uns après les autres, au point qu’en novembre, le procès s’est arrêté faute de jurés ! L’ancien employeur de la journaliste, le journal Novaia Gazeta, pense qu’ils ont subi des pressions. Toujours est-il qu’il a fallu tout reprendre. Un troisième procès a donc démarré en janvier dernier dans une ambiance exécrable. La veille, une perquisition avait eu lieu chez l’avocat des trois frères, officiellement en rapport avec une autre affaire. Le juge a été contesté à longueur d’audiences par les avocats… Mais ce procès est finalement allé jusqu’au bout et les cinq accusés ont été déclarés coupables. L’énoncé des peines n'ont pas encore eu lieu… Le tribunal avait demandé des peines allant de quinze ans à la perpétuité. Quant aux accusés, ils continuent à proclamer leur innocence.

    Sait-on finalement qui est le commanditaire ?
    Non. Novaya Gazeta pense d’ailleurs que ce procès a duré si longtemps justement pour que l’opinion finisse par se lasser et renonce à l’idée de retrouver le commanditaire. La mort de la journaliste avait suscité une forte indignation dans le pays à l’époque, mais les temps ont changé, et les gens ont d’autres préoccupations. Néanmoins, il y a encore une enquête concernant les policiers qui ont suivi la journaliste pendant des jours, qui l’ont prise en photo, en filature : tout un département de la police semble avoir été mis au service des assassins… Ce qui fait dire aux avocats que le commanditaire était sans doute haut placé. Le journal a lancé un appel pour que les témoins parlent, espérant que la vérité sorte enfin. Anna Politkovskaïa avait beaucoup d’ennemis dans la sphère politique car elle avait dénoncé les massacres, les exactions, en Tchétchénie, elle avait dénoncé la fraude, la corruption… Sa disparition arrangeait manifestement pas mal de personnes.

    Manifestation d'hommage à Anna Politkovskaïa, le 30 août 2007, à Moscou Dima Korotayev/Epsilon/Getty Images

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.