GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 21 Juin
Samedi 22 Juin
Dimanche 23 Juin
Lundi 24 Juin
Aujourd'hui
Mercredi 26 Juin
Jeudi 27 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Hebdo

    L'impact des derniers événements en Irak sur le Liban

    media Le Liban reste un pays fragile. Ici, le 19 février 2014, double attentat suicide dans le sud de Beyrouth, fief du Hezbollah, revendiqué par les Brigades Abdallah Azzam, proches d’al-Qaïda. Reuters/Stringer

    Les répercussions de l'offensive des jihadistes de l'Etat islamique en Irak et au Levant, l'EIIL, dépassent les frontières irakiennes. Elles touchent tous les pays de la région en proie à des tensions entre sunnites et chiites, et en particulier le Liban.

    Il est vrai que Mossoul se trouve à près de 800 kilomètres de Beyrouth. Mais l'onde de choc provoquée par la prise de la ville et de sa province par l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) a été parfaitement ressentie au Liban. L'événement a provoqué un vif intérêt dans divers milieux. Et les médias, la classe politique et l'opinion publique en général n'ont pas caché leur profonde inquiétude.

    La presse a évoqué un véritable séisme : le quotidien An-Nahar, proche de la coalition pro-occidentale du 14-Mars, a constaté que « Daech », qui est le diminutif en arabe de l'organisation islamiste radicale, a « étendu son Etat en Irak et en Syrie ».

    As-Safir, proche du Hezbollah, écrit que « les nouveaux Tatars sont aux portes de Badgad », allusion à l'invasion de la ville par les Mongols de Houlagou, en 1258, qui s'est soldée par la destruction de la capitale de l'Empire abasside, le massacre de sa population et l'incendie de sa célèbre bibliothèque.

    Le quotidien à capitaux saoudiens, Al-Hayat, écrit que le spectre de Daech mobilise le monde, et que Bagdad appelle Washington au secours.

    Le Premier ministre du LibanTammam Salam. AFP/Anwar Amro

    Inquiétude des milieux politiques

    Le Conseil des ministres, qui dirige le pouvoir exécutif pendant la vacance à la présidence de la République, a consacré sa dernière réunion, la semaine dernière, à examiner les éventuelles répercussions sur le Liban des événements en Irak. Parmi ces conséquences, le fait que le vide présidentiel risque de se prolonger pendant des mois, car l'élection d'un nouveau président est tributaire d'un accord entre l'Iran et l'Arabie saoudite, deux pays très influents auprès des acteurs politiques libanais. Or, il est clair que la fulgurante offensive de l'EIIL éloigne la perspective d'un dialogue entre Riyad et Téhéran.

    Les milieux politiques libanais s'inquiètent, plus particulièrement, d'une exacerbation des tensions entre sunnites et chiites. Des tensions qui s'étaient quelque peu atténuées, ces dernières semaines, après la formation d'un gouvernement de partenariat national, où siègent le parti sunnite de l'ancien Premier ministre, Saad Hariri, et le Hezbollah.

    Le Hezbollah dans l'attente 

    Visiblement, le Hezbollah est soucieux de ne pas jeter de l'huile sur le feu et n'a publié aucun communiqué commentant les développements irakiens. Mais ses médias sont clairement favorables au gouvernement de Nouri al-Maliki. Le site officiel du parti a d'ailleurs qualifié l'EIIL d'« enfant monstrueux d'al-Qaïda ».

    Les analystes pensent que les événements en Irak auront sans doute des répercussions sur l'action du Hezbollah en Syrie, où il a déployé des milliers d'hommes aux côtés de l'armée syrienne.

    Le quotidien saoudien Al-Watan a estimé que le parti envisagerait d'augmenter le nombre de ses combattants en Syrie pour combler le manque de miliciens chiites irakiens qui devront se replier dans leur propre pays pour faire face à l'offensive des jihadistes sunnites.

    Selon une source citée par Al-Watan, des renforts du Hezbollah se préparent à entrer en Syrie.

    Partisans du Hezbollah écoutant le discours du chef chiite à Ainata (Liban-Sud). 29 mars 2014.. Reuters/Sharif Karim

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.