GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 24 Juin
Samedi 25 Juin
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
Aujourd'hui
Mercredi 29 Juin
Jeudi 30 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    MFI

    Les «Webtoons», révolution des bandes dessinées sur le net

    media Une planche de "Denma", de Youngsoon Yang. Ces feuilletons en ligne ont bouleversé le monde de l’édition sud-coréen. Naver/Youngsoon Yang

    En Corée du Sud, où la majorité des bandes dessinées sont diffusées gratuitement sur le net, les « webtoons » sont devenus un véritable phénomène de société. La Bibliothèque numérique nationale en a fait le thème d’une exposition qui se tient jusqu'au 24 août 2014.

     

    Des lapins teigneux, des espions nord-coréens, des vampires romantiques, des chats amoureux, des employés de bureau en galère et des chroniques sans fard de la précarité sociale : c’est un beau panorama de dix ans de bandes dessinées en ligne que présente la Bibliothèque numérique nationale de Corée du Sud dans une exposition sur les « webtoons ».

    De l’ancêtre « Mashimaro », le lapin sadique (Kim Jae-in, 2000), jusqu’à « Michelin Star », aventures gastronomiques d’un chef qui rêve d’étoile Michelin (Kimsong, 2013), cette exposition compacte met en avant cent « webtoons ». Ces feuilletons en bandes dessinées diffusés sur le net, le plus souvent gratuits, ont complètement bouleversé le monde de l’édition sud-coréen. Ils attirent désormais quelque 17 millions de lecteurs chaque mois, soit plus d’un tiers de la population ! « Les lecteurs sont sans doute encore plus nombreux, si on prend en compte les nouveaux sites indépendants et payants qui apparaissent », affirme Kim In-sook, curatrice de l’exposition.

    Denma. Naver/Youngsoon Yang

    La majorité des webtoons sont lus sur des smartphones : dans le métro de Séoul à l’heure de pointe, de nombreux passagers sont ainsi penchés sur leur écran, occupés à faire défiler du pouce le dernier épisode de leur série favorite. « Les webtoons ont beaucoup évolué en dix ans. Les auteurs mettent à profit les possibilités offertes par les nouveaux supports. Ils ajoutent par exemple des musiques et des bruitages pour plus de réalisme », explique Kim In-sook. Certaines BD sont directement dessinées pour les écrans de smartphone : un simple toucher permet de passer à la case suivante, et les bulles s’affichent peu à peu. De courtes animations sont aussi possibles.

    Des infrastructures internet ultra-rapides

    « Ce qui était un mode alternatif de publication est devenu en dix ans la voie royale pour devenir auteur », souligne Hu Joo-min, auteur de « Avec les Dieux », une série comico-ésotérique très populaire, qui raconte les péripéties d’un homme fraîchement décédé dans un purgatoire fantaisiste, inspiré de la mythologie coréenne. Hu Joo-min a commencé en 2005 à mettre en ligne sur des forums des dessins humoristiques inspirés par son service militaire. Le succès a été rapide. Aujourd’hui, ses webtoons sont même publiés au format papier, un privilège réservé aux auteurs qui ont un large lectorat.

    « Grâce au webtoons, les auteurs ont plus de liberté artistique, ils peuvent s’affranchir des restrictions imposées par les éditeurs, note Hu Joo-min. Le public s’est aussi élargi. Autrefois, on avait honte de lire une BD dans le métro. Aujourd’hui, tout le monde le fait sur son téléphone. » L’engouement pour les webtoons est aussi facilité par des infrastructures internet ultra-rapides et le taux de pénétration de smartphones le plus élevé au monde.

    Hu Joo-min, auteur de « Avec les Dieux » RFI/Frédéric Ojardias

    Le premier site de webtoons est le portail Naver, qui réunit 500 auteurs professionnels et met en ligne 25 nouveaux épisodes par jour (la plupart gratuits). Naver permet aussi à quelque 12 000 amateurs de publier gratuitement leur travail : ceux qui attirent le plus de « clics » peuvent espérer devenir professionnels à leur tour. « Avant, devenir un auteur était difficile. Mais avec le web, tout le monde peut montrer son travail. L’exposition pour les auteurs est superbe, s’enthousiasme Jeeon Lee, du collectif Nulook, qui réunit de nombreux artistes. Comme les webtoons sont diffusées sur le net, l’auteur peut aussi voir immédiatement les réactions de ses lecteurs. Il y a plus d’interactions. »

    Les webtoons sont aussi une réponse au piratage généralisé dont souffrait le monde de l’édition : des albums entiers étaient autrefois scannés illégalement puis en mis en ligne gratuitement. « Ce nouveau modèle économique a permis de vaincre le piratage. La situation va beaucoup mieux, on peut presque parler de renaissance », analyse Kim Jun-ku, directeur de la section BD de Naver. Les auteurs sont rémunérés grâce à la publicité. Certaines séries sont payantes : quelques dizaines de centimes d’euros par épisode. Les webtoons les plus populaires sont souvent imprimés au format papier et déclinés sous forme de sacs, t-shirts, émoticons, films, feuilletons télés. La série « The Great Catsby » (Doha, 2005) a même fait l’objet d’une comédie musicale.

    « About death ». Naver/Sini/Hyuno

    Si le piratage refait surface, c’est sous une forme plutôt inattendue : des communautés impatientes de fans étrangers qui traduisent eux-mêmes leurs webtoons préférés et les mettent en ligne. Naver a aussi eu la surprise de voir débarquer lors d’un salon en Allemagne une horde de fans européens de sa série « Noblesse » (des péripéties de vampires au lycée) qui avaient déjà lu tous les épisodes en anglais : « Quand un épisode est publié le mardi soir sur notre site, des traductions de fans sont disponibles dès le mercredi matin », assure Kim Jun-ku de Naver. Le site a réagi en publiant il y a quelques mois une page de webtoons traduits en anglais.

    Le gouvernement sud-coréen mène une diplomatie culturelle très active pour distribuer à l’étranger ses produits culturels tels que musique, films, littérature et feuilletons télévisés. Les webtoons ne font pas exception. Au Korea Creative Content Agency (Kocca), une agence de promotion de l’image de la Corée à l’étranger, on évoque donc en riant ces traductions pirates de fans : « Pour nous, c’est très bien ! »
     

    « Killer Snack Bar ». Naver/Han


    Pour en savoir plus


    Grande expo « Webtoon », à la Bibliothèque numérique nationale de Corée jusqu'au 24 aout 2014.
     
    Le premier épisode de « Michelin Star » traduit en anglais.


    « The Great Catsby » en anglais  - les 12 premiers épisodes sont gratuits. La même, en coréen.

    « Avec les Dieux »  (traduction pirate en anglais). La série en coréen.

    Principaux sites de webtoons 
    Naver. Naver en anglais (ouverte cette année).
    Et son concurrent Daum. 

    Série « Noblesse » (Vampires au lycée). 

    Série comique « Le Son de mon cœur » (10 millions de lecteurs par mois).

    Série « Misaeng » (la dure vie dans une entreprise coréenne). 

    Série « 26 années » (Kang Full, auteur très prolifique et très populaire).

    Série « Secretly Greatly », récemment adaptée au cinéma. Trois jeunes et beaux espions nord-coréens en Corée du Sud.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.