GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 24 Septembre
Mercredi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Une Iranienne condamnée à la lapidation contrainte à des « aveux » télévisés

    media Un membre du Comité international contre la lapidation de Sakineh Mohammadi-Ashtiani tenant sa photo lors d'une manifestation à Trafalgar square à Londres, le 24 juiltet 2010. Photo : Carl Court / AFP

    Deux avocats de Sakineh Mohammadi-Ashtiani, condamnée à mort par lapidation en Iran, ont affirmé que leur cliente avait fait des « aveux » forcés à la télévision d'Etat sur son implication dans le meurtre de son époux. La télévision a diffusé, le 11 août, l'interview d'une femme présentée comme étant Sakineh Mohammadi-Ashtiani, cette Iranienne de 43 ans dont la sentence de lapidation a été provisoirement suspendue par Téhéran mais la condamnation à mort maintenue.

     

    Sakineh Mohammadi-Ashtiani a été condamnée en 2006 pour adultère. En réalité, il s'agit de relations "illégales" qu'elle aurait eues avec deux hommes après la mort de son mari. La sentence - la mort par lapidation - a suscité une vague d'indignation à travers le monde. Le mois dernier, le chef de l'autorité judiciaire iranienne a suspendu l'exécution de la peine.

    Mercredi 11 août, un nouvel épisode s'est ouvert, avec la diffusion à la télévision d'un entretien, présenté comme les aveux de Sakineh Mohammadi-Ashtiani. Elle confessait qu'elle avait, aussi participé à l'assassinat de son mari. A Londres, l'avocat de la condamnée dénonce des tortures, pour faire pression sur sa cliente. C'est aussi ce que pense Karim Lahidji de la Ligue iranienne des droits de l'homme.

    « Nous savons que derrière cette affaire, il y a une bande de misogynes. Ce sont vraiment des sadiques et depuis le début. Après la décision de ne pas appliquer la peine de lapidation, ils ne sont pas encore satisfaits. D’après les témoignages de ses codétenues, Sakineh Mohammadi-Ashtiani a été battue pendant des jours pour qu’elle accepte de faire ces aveux télévisés. » De son côté, la télévision d'Etat iranienne a condamné la « campagne de propagande occidentale » autour de cette affaire.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.