GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Juin
Jeudi 22 Juin
Vendredi 23 Juin
Samedi 24 Juin
Aujourd'hui
Lundi 26 Juin
Mardi 27 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    De nouveaux droits pour les réfugiés palestiniens au Liban

    media

    Après un amendement voté mardi 17 août 2010 par le Parlement libanais, les Palestiniens du pays du cèdre vont désormais avoir le droit d’exercer presque tous les métiers. Mais si ce texte a fait consensus, les députés libanais n'iront sans doute pas plus loin. Ils sont, en effet, défavorables à une implantation définitive de ces réfugiés dans le pays.

    Par Nicolas Didier

    « C'est un pas dans la bonne direction », a estimé Nadim Houri, responsable de l'organisation Human Rights Watch au Liban. Ce pas, c'est l'amendement à la loi du travail approuvé mardi 17 août 2010 par le Parlement. Les réfugiés palestiniens ont désormais le droit d'exercer presque tous les métiers alors qu’ils devaient jusqu'alors se cantonner aux secteurs de l'agriculture et du bâtiment.

    Soixante-deux ans après la première vague de réfugiés au Liban, le texte va permettre d'améliorer quelque peu le quotidien de ces hommes et femmes qui vivent dans une douzaine de camps bondés et insalubres. Selon les estimations, ils seraient entre 250 000 et 400 000 à être concernés.

    L’exception demeure pour les médecins ou avocats

    C'est un pas important, depuis que nous sommes ici nous sommes privés de nos droits sociaux, droits au travail, droit à la propriété, cette décision aurait du venir il y a longtemps, c'est une étape positive.
    Réactions dans le camp de Chatila au Liban 16/10/2013 - par Diane Galliot Écouter

    Ces avancées ne permettent pas encore aux réfugiés d'exercer tous les métiers. Pour eux, il n'est toujours pas possible d'être médecin ou avocat, car ces professions sont réservées aux seuls Libanais.

    Si les réfugiés pourront bénéficier de prestations issues d'un fonds spécial, dont la sécurité sociale, la proposition de loi concernant leur accession à la propriété privée a été rejetée. Certains hommes politiques libanais, qu'ils soient musulmans chiites ou chrétiens, craignent que cela ne représente un pas vers l'implantation définitive des Palestiniens au Liban.

    Les Libanais sont en majorité défavorables à cette implantation. Les chrétiens maronites, dont le nombre diminue en raison d'une forte émigration et d'un plus faible taux de natalité, ne veulent pas être davantage marginalisés.

    Pas de naturalisations envisagées

    Selon Marwan Hamadé, ancien ministre et député druze du groupe parlementaire à l'origine de l'amendement, « la Constitution libanaise interdit formellement l'implantation des Palestiniens et leur naturalisation au Liban ». Les réfugiés, pour la plupart d'obédience sunnite, risqueraient de modifier l'équilibre confessionnel et démographique du pays.

    D'autre part, les naturaliser reviendrait à renoncer à leur droit au retour, auquel le gouvernement libanais et l'Autorité palestinienne s'accrochent. Les exilés palestiniens et leurs descendants revendiquent la possibilité de réinvestir leur terre d'origine. Ce droit est garanti par la résolution 194 des Nations unies. Adoptée en décembre 1948, elle n'a toutefois pas de caractère impératif. De son côté, Israël s'est toujours opposé à ce que les personnes chassées ou qui ont fui en 1948 reviennent.

    Le Liban reste hanté par le spectre de la guerre civile (1975-1990) et les Palestiniens qui y sont présents gardent mauvaise réputation auprès d'une partie de la population. Les tensions entre ces réfugiés et les chrétiens libanais sont en effet considérées comme l'un des facteurs de déclenchement du conflit.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.