GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 19 Novembre
Mardi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    En visite au Sud-Liban, Ahmadinejad réaffirme que la disparition d'Israël est inéluctable

    media

    Pour son deuxième jour de visite au Liban, le président iranien Mahmoud Ahmadinejad ne s’est pas contenté de rester à Beyrouth, la capitale. Ce jeudi 14 octobre 2010, dans l’après-midi, il s’est rendu à Bint Jbeil, une localité du Sud-Liban, un fief du Hezbollah libanais lourdement bombardé il y a quatre ans par l’armée israélienne. La ville n’est qu’à quatre kilomètres d’Israël, et venant d’un chef d’Etat qui, à plusieurs reprises, a souhaité la fin de l’Etat hébreu, cette visite est perçue comme une provocation.

    Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifé

    La mobilisation était réussie pour les chiites qui ont réservé un accueil triomphal à Mahmoud Ahmadinejad, dans le fief du Hezbollah au sud du Liban.

    La foule, massée dans un stade, brandissait des portraits du président iranien et des banderoles remerciant l’Iran pour son soutien à la résistance contre Israël et à la reconstruction des régions dévastées par la guerre de 2006.

    Mahmoud Ahmadinejad a choisi Bint Jbeil, ville symbole de la résistance à la progression israélienne il y a quatre ans, pour réaffirmer que la disparition de l’Etat hébreu était inéluctable. Il n’a pas parlé de l’Holocauste ni de la Shoah.

    « Les Israéliens n’ont d’autre choix que d’accepter les nouvelles réalités et retourner d’où ils sont venus », a-t-il dit, arrachant à la foule un tonnerre d’applaudissements.

    A quatre kilomètres de la frontière avec Israël, le président iranien s’est attardé sur son thème favori : l’Etat hébreux est une entité étrangère, implantée au cœur du monde arabo-musulman. Sa défaite n’est plus qu’une question de temps.

    Une foule, toute aussi nombreuse, l’attendait dans la localité de Cana, la seconde étape de sa visite au sud du Liban. Mahmoud Ahmadinejad a déposé une couronne au mémorial dédié aux victimes civiles tombées en 1996 et en 2006 dans des bombardements israéliens.

    Dans la journée, Mahmoud Ahmadinejad avait reçu des représentants des différentes communautés religieuses musulmanes et chrétiennes. Puis, c’était au tour des chefs politiques libanais, alliés du Hezbollah de défiler, notamment le général chrétien Michel Aoun et le leader druze Walid Joumblatt.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.