GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Nouvelle frappe israélienne contre des cibles du Jihad islamique à Gaza (armée)
    Moyen-Orient

    Israël rejette les critiques du synode et dénonce des «attaques politiques»

    media Danny Ayalon, le vice-ministre israélien des Affaires étrangères. AFP

    Israël a dénoncé dimanche 24 octobre 2010 comme des « attaques politiques » contre l'Etat hébreu le message du synode pour le Moyen-Orient, réuni par le pape au Vatican, demandant qu'il soit mis fin à l'occupation israélienne des « différents territoires arabes ». « Le synode a été pris en otage par une majorité anti-israélienne » a déclaré le vice-ministre des Affaires étrangères Danny Ayalon.

    Avec notre correspondant à Jérusalem, Michel Paul

    C’est un nouveau coup porté aux fragiles relations entre l’Etat hébreu et le Saint- Siège. Et la réponse israélienne ne s’est pas fait attendre, même si elle apparaît en profil bas.

    La réaction du vice-ministre des Affaires étrangères Danny Ayalon a été précise : « Il est particulièrement regrettable, affirme le diplomate israélien, que cet important synode soit devenu un forum d’attaque anti-israélienne, dans la meilleure tradition de la propagande arabe ».

    Confrontations théologiques

    Le vice-ministre, membre du parti nationaliste Israël Beitenou, va même jusqu’à affirmer que la réunion des évêques au Vatican a été prise en otage par une majorité opposée systématiquement à Israël.

    Les Israéliens se déclarent particulièrement choqués par les propos tenus par le rapporteur du synode sur le Proche-Orient, l’archevêque Cyrille Salim Bustros : « On ne peut, a dit ce prélat libanais, se baser sur le concept de terre promise pour justifier l’occupation de la Palestine ».

    Un porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, dans un communiqué, rappelle que les confrontations théologiques, relatives aux Saintes écritures, ont disparu avec le Moyen Age. « Il n’est pas sage de les réveiller », souligne-t-il.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.