GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 21 Novembre
Vendredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Le Hezbollah appelle les Libanais à boycotter le TSL

    media Hassan Nasrallah: «J'appelle tous les Libanais, citoyens (...) et politiques, à boycotter ce tribunal et cesser toute coopération avec ses enquêteurs». (Photo : AFP)

    Le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah a appelé jeudi 28 octobre les Libanais à boycotter le tribunal de l'ONU chargé d'enquêter sur l'assassinat du Premier ministre libanais Rafic Hariri. Son discours survient après que des enquêteurs du Tribunal spécial sur le Liban (TSL) se sont vu empêcher mercredi l'accès à des dossiers dans une clinique gynécologique de la banlieue sud de Beyrouth, bastion du Hezbollah, après une altercation avec des femmes.

    Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

    Le chef du Hezbollah était laconique et menaçant. Hassan Nasrallah a annoncé la fin de toute coopération entre son parti et les enquêteurs du Tribunal spécial pour le Liban, chargés de faire la lumière sur l’assassinat de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri. Il a invité les dirigeants politiques libanais et toute la population à en faire de même.

    Cette décision intervient au lendemain d’un violent incident qui a opposé deux enquêteurs internationaux à des dizaines de femmes, dans la clinique d’une gynécologue, dans la banlieue sud de Beyrouth. Les enquêteurs souhaitaient consulter les dossiers médicaux de certaines patientes. Ils en ont été empêchés par la foule en colère qui les a expulsés manu militari, avant de s’emparer de la sacoche de l’un d’eux.

    Pour Hassan Nasrallah, c’est la goutte qui fait déborder le vase. « Il s’agit d’une question d’honneur et de dignité. Nous n’accepterons pas que l’on touche à nos mères, femmes, filles et sœurs », a-t-il martelé. Selon lui, la perquisition dans cette clinique féminine fréquentée par des membres de familles de dirigeants du Hezbollah ne sert en rien les investigations sur le meurtre de Rafic Hariri. Il a accusé les enquêteurs de collecter toutes sortes d’informations sur le Liban et le Hezbollah pour le compte d’Israël. Ceux qui, au Liban et ailleurs, coopèrent avec les enquêteurs, complotent contre la résistance, a-t-il dit.

    Une intervention de quelques minutes seulement, mais qui inaugure une nouvelle étape dans la crise libanaise : désormais, entre le Hezbollah et Tribunal international, c’est la guerre ouverte.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.