GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 23 Novembre
Dimanche 24 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Les colis suspects auraient pu exploser

    media Les explosifs étaient cachés dans les cartouches d'une imprimante. AFP / Wam

    Les autorités yéménites ont arrêté ce samedi 30 octobre une femme suspectée d'avoir envoyé les deux colis piégés à destination des Etats-Unis. Ces deux colis auraient pu exploser en plein vol s'ils n'avaient pas été interceptés dans des aéroports de Dubaï et de la Grande-Bretagne. Plus tôt dans la journée, elles ont également saisi 26 nouveaux paquets suspects et interpellé plusieurs employés des compagnies de transport aérien à Sanaa, la capitale.

    Avec notre correspondant à Sanaa, François-Xavier Trégan

    Les autorités yéménites montent au créneau pour confirmer tout d’abord leur total engagement sur le front de la lutte anti-terroriste mais aussi pour rappeler les mesures de sécurité qui ont été prises ces dernières semaines à l’aéroport de Sanaa concernant les passagers et les marchandises.

    Depuis l’annonce des colis piégés les contrôles se multiplient sur les grands axes routiers de la capitale mais aussi à la division cargo de l’aéroport. Car al-Qaïda dans la péninsule arabique, la franchise locale du mouvement terroriste, a renouvelé ses menaces au cours de ces dernières semaines à l’encontre du gouvernement mais aussi des intérêts étrangers. Et le mouvement incite plus fréquemment ses partisans à multiplier les frappes à l’extérieur du pays notamment aux Etats-Unis.

    Ce samedi 30 octobre, le président américain a bel et bien érigé al-Qaïda dans la péninsule arabique en une menace majeure. La coopération militaire bilatérale américaine a d’ailleurs doublé en 2010 au Yémen, elle approche les 150 millions de dollars.


    En Grande-Bretagne, où se tenait un comité d'urgence, la ministre de l'Intérieur Theresa May a confirmé que le colis intercepté à l'aéroport d'East Midlands (Angleterre) était potentiellement explosif. Le trafic du fret est interrompu à partir de ce pays et la France annonce ce samedi soir qu'elle suspend, elle aussi, le trafic du fret vers le Yémen.

    Avec notre correspondant à Londres, Adrien Moss

    Après sa deuxième réunion en douze heures du comité Cobra, qui regroupe tous les chefs de la lutte antiterroriste, la ministre britannique de l’Intérieur Theresa May confirme : « Il y avait bien une bombe dans l’avion cargo d’UPS en route pour les Etats-Unis ».

    Une cartouche d’imprimante trafiquée envoyée à une synagogue de Chicago contenait de la pentrite, l’explosif préféré des terroristes. La bombe pouvait exploser. Elle aurait détruit l’avion sans que les terroristes puissent savoir où l’appareil se serait trouvé lorsque l’attentat se serait produit.

    Donc contrairement à ce qu’elle disait la veille, il y avait bien un danger pour la Grande-Bretagne.

    Selon la police de Dubaï où une bombe similaire a été interceptée, c’était un engin sophistiqué avec un circuit de téléphone portable pour la mise à feu, caractéristique des attentats d’al-Qaïda.

    Vingt-six autres colis suspects ont été saisis au Yémen et le comité Cobra a décidé l’arrêt de tout le trafic du fret en provenance du Yémen vers la Grande-Bretagne. C’est une première mesure.


    Aux Etats-Unis, la Maison Blanche affirme que le président avait été tenu au courant dès jeudi soir d'une « éventuelle menace terroriste ». Vendredi, Barack Obama avait indiqué que les colis étaient adressés « à des lieux de culte juifs, à Chicago », son fief électoral. Il a par ailleurs assuré qu'il « détruirait » al-Qaïda dans la péninsule arabique.

    Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

    Avant d’entamer une ultime tournée électorale dans trois Etats pour mobiliser l’électorat démocrate avant le scrutin de mardi, le président Obama s’est entretenu dans le bureau ovale de la situation avec son conseiller pour le contre-terrorisme John Brennan, et a téléphoné au Premier ministre britannique David Cameron pour le remercier d’avoir intercepté l’un des colis piégés avant qu’il n’atteigne les Etats-Unis.

    Janet Napolitano, la ministre de la Sécurité intérieure, a pour sa part déclaré que la tentative d’attentat avait toute les marques d’al-Qaïda dans la péninsule arabique. Elle a noté que l’explosif contenu dans les cartouches d’encre était le même que celui caché dans le slip du jeune Nigérian qui avait essayé de faire sauter un avion de ligne américain le jour de Noël et le même aussi que celui placé dans sa chaussure par Richard Reed sur un vol Londres-Miami.

    L’enquête est en cours maintenant pour déterminer qui exactement a envoyé les paquets. Tous les paquets arrivants aux Etats-Unis en provenance du Yémen sont désormais inspectés avec soin, et dans les aéroports les passagers sont eux aussi l’objet d’une inspection plus rigoureuse alors que les policiers souvent accompagnés de chiens patrouillent dans les couloirs.

    Par ailleurs, Washington a appelé le Yémen à une coopération renforcée en matière de renseignement. Mais pour Anne Giudicelli du Cabinet Terrorisk, certaines administrations yéménites sont sensibles à la cause d'al-Qaïda, ce qui empêchent un meilleur contrôle du terrorisme dans le pays.

    On sait bien qu'il y a des porosités entre certains services de sécurité yéménites et certaines personnalités.

    Anne Giudicelli du Cabinet Terrorisk 30/10/2010 Écouter

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.