GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 20 Novembre
Mercredi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Yémen: violents combats à Hodeida en dépit des appels au calme (sources militaires pro-gouvernement)
    • Société Générale: amende aux Etats-Unis de 1,34 milliard de dollars pour violations de sanctions
    Moyen-Orient

    La série d'attentats de mardi à Bagdad a fait 64 morts

    media

    Le bilan des attentats à la bombe qui ont visé ce mardi 2 novembre 2010 les quartiers chiites de Bagdad s'établit à 64 morts et 360 blessés. Douze voitures piégées ont explosé dans la capitale irakienne. Ces attentats ont eu lieu quelques heures après une cérémonie à la mémoire d'une partie des 52 otages et policiers tués dimanche lors de l'attaque lancée par un commando lié à al-Qaïda contre une église chrétienne de la capitale irakienne.

    C'est un appareil de sécurité qui s'avère incapable d'empêcher ce genre d'attentats mais aussi d'innombrables assassinats politiques.
    Peter Harling, spécialiste de l'Irak chez International Crisis Group (ICG) 10/10/2013 - par Monique Mas Écouter

    Avec notre envoyée spéciale à Bagdad, Fatma Kizilboga

    Le niveau d’alerte reste à son état maximal dans la capitale irakienne. Et bien que le prolongement du couvre-feu, annoncé la nuit dernière par les autorités, ait finalement été levé ce mercredi matin 3 novembre 2010, les filtrages se renforcent à tous les points de contrôle afin de contrer le déplacement de nouveaux engins explosifs.

    Les responsables de la sécurité ont d’ailleurs prévenu la population que de nouvelles détonations seraient susceptibles d’advenir dans les prochaines heures.

    Au lendemain de la prise d’otage dans la cathédrale syriaque catholique Notre-Dame du Perpétuel secours à Bagdad qui s’est terminée en bain de sang, cette série d’attentats est un nouveau coup dur pour les forces de sécurité irakiennes maintenant livrées à elles-mêmes depuis le retrait des troupes de combat américaines achevé fin août.

    Les Irakiens, inquiets de la dégradation de la situation sécuritaire, exige désormais la formation rapide d’un nouveau gouvernement, près de huit mois après les élections législatives.

    Et si aucune revendication n’a encore été rendue publique, tout laisse croire que les attentats portent la marque d’al-Qaïda. Un message qui s’adresserait notamment aux investisseurs étrangers, présents en grand nombre dans la capitale irakienne à l’occasion de la Foire internationale de Bagdad, et qui restent une cible privilégiée des radicaux islamistes en Irak.

    En Egypte, Al-Azhar condamne l'attentat contre l'église de Bagdad

    Qu’ils soient institutionnels ou dans l’opposition, les milieux musulmans égyptiens ont unanimement condamné les menaces d’al-Qaïda, en Irak, contre l’église égyptienne.

    La grande mosquée d’Al-Azhar, une autorité morale de l’islam sunnite a qualifié la tuerie dans une église de Bagdad d’acte criminel, contraire à l’islam, avant de s’en prendre aux menaces contre les églises d’Egypte. « L’islam a garanti la sécurité des lieux de culte chrétiens et de toutes les religions depuis toujours et toute menace contre ces lieux porte atteinte à l’islam », indique le communiqué.

    Les Frères musulmans, principale force d’opposition du pays, n’ont pas été en reste. La confrérie a appelé « l’Etat et tous les Egyptiens à protéger tous les lieux de culte ». Le communiqué qualifie enfin de « stupides » les menaces contre les lieux de culte chrétiens quelqu’en soit le prétexte.

    Un communiqué de l’Etat islamique d’Irak, une organisation satellite d’al-Qaïda, avait menacé l’Eglise égyptienne si elle ne libérait pas, dans les 48 heures, deux épouses de prêtres qui se seraient converties à l’islam et qui seraient emprisonnées dans des monastères égyptiens.
     


     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.