GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 21 Novembre
Vendredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Affaire Hariri : le Hezbollah affirme s’opposer à toute arrestation de ses membres

    media Hassan Nasrallah, le chef du mouvement islamiste chiite libanais, a affirmé le 11 novembre 2010, s’opposer au TSL, si celui-ci procède à l’arrestation d’un de ses membres. (Photo : Reuters)

    Le Hezbollah ne laissera opérer l'arrestation d'aucun de ses membres au cas où le Tribunal spécial pour le Liban (TSL) inculperait certains d'entre eux dans l'enquête sur l'assassinat de l'ancien Premier ministre Rafic Hariri en 2005. C’est ce qu’a affirmé, le 11 novembre 2010, Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah, le mouvement islamiste chiite libanais. Il accuse le TSL d'être « politisé », et d'avoir basé son enquête sur de faux témoignages, déclarant au  passage être prêt à une éventuelle guerre contre Israël.

    Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

    Hassan Nasrallah a été catégorique : le Hezbollah n’acceptera jamais que l’un de ses membres ou de ses dirigeants soit mis en accusation dans l’assassinat de Rafic Hariri, quelles que soient les pressions et les menaces. Il est allé plus loin en lançant sur un ton menaçant : « nous trancherons la main qui tentera d’arrêter l’un de nos partisans ».

    Le chef du Hezbollah a déclaré que ceux qui pensent que le Hezbollah ne se défendra pas face à une éventuelle mise en accusation par le Tribunal spécial pour le Liban sont dans l’erreur. « Nous nous défendrons par les moyens que nous choisirons avec nos alliés », a-t-il dit.

    Hassan Nasrallah a ajouté que les menaces d’une guerre israélienne contre le Liban ne l’effrayaient pas, mais au contraire, le ravissaient. « Nous sommes prêts à cette guerre qui nous permettra d’enregistrer une grande victoire sur Israël ».

    Le chef du Hezbollah a cependant laissé une lueur d’espoir en révélant qu’une démarche syro-saoudienne est en cours, et pourrait aboutir à un règlement de la crise actuelle au Liban dans les prochains jours.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.