GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Aujourd'hui
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    En Arabie saoudite, la prison pour une employeuse tortionnaire

    media A Jakarta, en Indonésie, une manifestation contre les totures infligées aux travailleurs domestiques d'Arabie saoudite, le 19 novembre 2010. AFP / ADEK BERRY

    Un tribunal de Médine, dans l'ouest de l'Arabie saoudite, a condamné le 9 janvier 2011 une Saoudienne à trois ans de prison pour avoir maltraité une domestique indonésienne. Jamais une telle condamnation n'avait encore été prononcée dans le pays. La tortionnaire était poursuivie pour avoir violemment battu et brûlé sa domestique.

    Avec notre correspondante à Riyad, Clarence Rodriguez

    Trois ans de prison pour cette saoudienne tortionnaire. Un verdict contesté par un diplomate indonésien qui espérait sans doute quinze ans, la peine maximum.

    Au-delà de cette condamnation, il faut surtout y voir une première victoire pour ces un million et demi de travailleuses domestiques embauchées par des familles saoudiennes. C’est en effet la première fois qu’un employeur tortionnaire, une femme de surcroît, est condamnée à une peine de prison.

    Avant cette condamnation sans précédent, les poursuites pénales contre les employeurs abusifs existaient mais elles n’étaient pas suivies d'effet. Non seulement les tortionnaires n’étaient pas punis, pire ils s’arrangeaient pour accuser les domestiques de sorcellerie, de vols ou d’adultère, des faits sévèrement punis en Arabie saoudite.

    Le travail des domestiques en Terre sainte de l’islam s’apparente davantage à de l’esclavage. C’est ce que dénonce depuis des années Human Rights Watch. L’organisation non gouvernementale continue d’exhorter les autorités saoudiennes à réformer le système du kafala (tutelle légale dans le droit musulman) ou parrainage. Ce système restrictif lie les visas des travailleuses à leurs employeurs, les empêchant même de travailler ailleurs ou de quitter le pays.

    Sans compter que ces femmes, venues pour la plupart du Sri Lanka, Philippines ou Indonésie, doivent s’acquitter d’une forte somme d’argent versée à leur « parrain ».
     

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.