GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 23 Octobre
Jeudi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Des cadres de l’armée turque face à la justice

    media En Turquie, depuis le début du procès portant sur le complot Balyoz, plusieurs centaines de militaires, y compris des haut gradés, ont été écroués.. AFP/ADEM ALTAN

    La police turque a mis aux arrêts quelque 162 officiers de l'armée, en service ou à la retraite, dont certains de haut rang. Ils sont soupçonnés d’avoir pris part à un complot qui visait en 2003 à renverser le gouvernement du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan. Le procès des participants présumés du complot Balyoz (Masse de forgeron) reflète la méfiance qui règne actuellement entre l'armée, garante traditionnelle de la laïcité, et l'AKP (Parti de la justice et du développement) du Premier ministre.

    La 5e audience du procès du complot baptisé « masse de forge » avait commencé vendredi par ces mots du président du tribunal: « Que personne ne sorte, car tout le monde risque d’être placé en détention préventive ». Ceux qui ont cru à une blague de mauvais goût sont aujourd’hui derrière les barreaux, alors qu’une vingtaine de suspects sont désormais recherchés par la police, comme de vulgaires malfaiteurs. Ce sont pourtant, dans leur grande majorité, des officiers de la grande Armée turque, parfois d’active, et pour nombre d’entre eux de très haut gradés, retraités depuis peu. Certains avaient d’ailleurs déjà été arrêtés au début de ce procès-phare, puis relâchés.

    Mais l’importance de cette machination, qui implique par exemple l’ancien commandant de l’Armée de terre et le commandant de la Marine, et qui consistait à plastiquer une mosquée et abattre un chasseur de l’aviation turque pour faire croire à un complot islamiste et une attaque grecque, prétextes à coup d’Etat militaire, a incité les autorités à la plus grande fermeté envers les suspects.

    Ces arrestations n’ont pas du tout plu au chef d’état-major, qui a demandé à rencontrer nuitamment le Premier ministre – on ignore ce qu’ils se sont dits, ni aux femmes de ces officiers qui ont bloqué la circulation devant la prison pour protester et défendre leurs époux. Prochaine audience le 14 mars.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.