GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 19 Novembre
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 24 Novembre
Samedi 25 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    «Hotline for migrant workers» dénonce les violences subies par des migrants africains dans le Sinaï

    media

    Un rapport inquiétant vient d’être publié par une organisation israélienne des droits de l’homme. Il s‘agit de témoignages de migrants africains ayant traversé le désert du Sinaï, en Egypte, pour entrer clandestinement en Israël, et qui racontent les violences qu'ils ont subi  de la part des passeurs. Le rapport pointe également les bénéficiaires du racket dont ils ont été victimes. Parmi eux, des Israéliens.

    Avec notre correspondant à Jérusalem, Nicolas Falez

    « Le passeur m’a demandé 3 000 dollars, puis 10 000 dollars de plus, et il m’a torturé à l’électricité », raconte l’un des migrants interrogé après sa traversé du Sinaï. Un autre témoigne : « Nous les hommes du groupe, nous voulions protéger les femmes que les passeurs voulaient violer. Alors, ils nous ont attaché et nous ont violés pour nous punir ».

    L’année dernière, près de 12 000 migrants africains sont entrés clandestinement en Israël, en majorité venus d’Erythrée et du Soudan. L’ONG israélienne « Hotline for migrant workers » a recueilli les récits de soixante d’entre eux. Ils relatent des meurtres commis par les passeurs, des coups, des actes de torture et des humiliations. Dix-sept des vingt-quatre femmes interrogées dans le rapport ont été violées. Le document signale également les cas de racket ou de travail forcé dont sont victimes les migrants africains dans le Sinaï.

    Les auteurs de ces violences, les passeurs, sont souvent des bédouins, mais parfois aussi des ressortissants des mêmes pays africains que leurs victimes. Le rapport estime en outre que certains bénéficiaires du racket résident en Israël.

    L’ONG qui a recueilli ces témoignages en appelle à l’Etat hébreu, à l’Egypte et plus largement, à la communauté internationale pour que cessent ces crimes commis au milieu du désert.

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.