GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
Lundi 23 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 25 Octobre
Jeudi 26 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Chine: clôture officielle ce matin du 19ème Congrès du parti communiste, les délégués viennent d'élire les 205 membres du Comité central
    • Rohingyas: Washington annonce des mesures contre l'armée birmane
    Moyen-Orient

    Deux bâtiments de guerre iraniens passent le canal de Suez, une «provocation» pour Israël

    media

    Une frégate de patrouille et un navire-ravitailleur, deux bâtiments de guerre iraniens de fabrication britannique, ont franchi ce mardi 22 février 2011, le canal de Suez, pour passer en Méditerranée. Après bien de tergiversations, l’Egypte a autorisé le passage de ces bâtiments. Israël, qui considère l’Iran comme un danger pour sa sécurité, a qualifié cet acte de « provocation ».

    Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

    C’est l’aboutissement du premier épisode du feuilleton des navires de guerre iraniens qui dure depuis une semaine. L’Iran avait annoncé alors que la frégate Sabalan de la classe Alvand ainsi que le navire de ravitaillement Kharg allaient se rendre en Méditerranée pour participer à des manœuvres navales avec la Syrie. Une nouvelle qui avait été accueillie comme une provocation par le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu. Une nouvelle qui interpelle aussi la Sixième flotte américaine de Méditerranée.

    Israël et Etats-Unis ont toutefois déclaré que le passage des navires iraniens par le canal de Suez était une affaire qui regardait les Egyptiens. Ils espéraient sans doute que l’Egypte trouve un subterfuge pour interdire le passage des bâtiments iraniens. Mais ce

    qui aurait été possible avant la démission du président Moubarak ne l’est plus aujourd’hui.

    Le Conseil suprême des forces armées a donné son feu vert en arguant que les deux seules possibilités d’interdiction ne s’appliquent pas : l’Etat de guerre avec l’Iran ou une menace pour la sécurité de la voie d’eau internationale, comme un danger nucléaire ou chimique. Le second épisode du feuilleton démarrera quand les navires iraniens seront en Méditerranée.

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.