GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    «Journée de la colère» meurtrière en Irak

    media Face-à-face entre la police et les manifestants anti-gouvernementaux au centre de Bagdad, le 25 février 2011. Reuters / Saad Shalash

    En Irak, «la journée de la colère» inspirée par les soulèvements dans le reste du monde arabe, a réuni le 25 février 2011 des milliers de personnes à travers le pays. Des violences ont eu lieu dans plusieurs villes faisant une dizaine de morts, dont la moitié à Mossoul. A Bagdad, il n'y aurait pas eu de victimes, mais c'est là que le rassemblement le plus important a eu lieu.

     

    C'est à pied que les manifestants ont du rejoindre la place de la Libération dans le centre de Bagdad. Les autorités avaient interdit la circulation automobile et dressé des barrages un peu partout.

    Des affrontements ont eu lieu, des manifestants ont jeté des pierres en direction de la police anti-émeute qui a répliqué à coup de gaz lacrymogène et de lance à eau.

    Plusieurs milliers de personnes ont tout de même réussi à se rassembler brandissant des drapeaux et criant des slogans hostiles au pouvoir. La plupart ne demandaient pas la chute du gouvernement, qu'ils ont élus, mais que ce gouvernement serve la population. Ils dénoncent la corruption et réclament une amélioration des services de base, eau, électricité, santé, qui font cruellement défaut.

    « Nous sommes de simples citoyens qui souhaitons vivre décemment, ont déclaré plusieurs d'entre eux, aux journalistes sur place, et pas des partisans de Saddam Hussein ou des membres d'al-Qaïda », comme l'a suggéré le Premier ministre. Nouri al-Maliki, qui a tout fait pour dissuader la population de descendre dans la rue, en vain. 

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.