GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 12 Juillet
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Oman : le pouvoir lâche du lest mais la grogne continue

    media Des manifestants dans les rues de Sohar, le 28 février 2011. AFP/Karim Sahib

    A Oman, la contestation se poursuit dans la plus grande ville industrielle du sultanat. Malgré les mesures prises par le gouvernement pour tenter de calmer la grogne sociale, des centaines de personnes continuent de bloquer l'entrée du port de Sohar, le deuxième d'Oman, et ce 28 février de nouveaux heurts ont éclaté entre les forces de l'ordre et  les manifestants qui tentaient d'attaquer un poste de police.

    Pas moins de 390 dollars par mois pour chaque chômeur, 50 000 postes supplémentaires dans la fonction publique : dimanche 27 février, le gouvernement omanais a tenté d'endiguer la grogne sociale avec de nouvelles mesures. La veille, il avait fait un premier pas vers des réformes politiques en procédant à un remaniement ministériel.

    La plupart des pays du Golfe, confrontés aux mêmes révoltes que le reste du monde arabe, utilisent la manne pétrolière pour tenter de mettre un terme aux manifestations. Les contestataires du sultanat réclament d'ailleurs une répartition plus équitable de l'argent du pétrole. Oman extrait environ 850 000 barils par jour. Le sultanat contrôle par ailleurs la sécurité du détroit d'Ormuz, par où transite 40% du pétrole exporté par voie maritime dans le monde.

    Pour aller plus loin

    Dans ce pays où les partis politiques sont interdits et où le sultan Qabous ben Saïd est au pouvoir depuis quatre décennies, la révolte est d'abord de nature sociale. Le chômage touche surtout une jeunesse éduquée. Les graffitis trouvés à Sohar assurent que « les gens ont faim », mais d'autres slogans dénoncent également « l'oppression du peuple » et demandent la fin de la corruption.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.