GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Irak: une attaque fait 12 morts dans la ville sainte chiite de Kerbala (sécurité)
    • Yémen: les rebelles annoncent vouloir arrêter toutes les attaques contre l'Arabie (dirigeant insurgé)
    • Affaire Karachi: le parquet demande un procès pour Balladur et Léotard (source judiciaire)
    • Respect de la vie privée: Facebook suspend des dizaines de milliers d'applications
    • Commerce: Trump ne pense pas aboutir à un accord avec Pékin avant l'élection de 2020
    • Procès Mélenchon en France: le jugement mis en délibéré au 9 décembre
    • Greta Thunberg espère que la société a atteint «un tournant» sur le climat (interview à l'AFP)
    Moyen-Orient

    Taez, épicentre de la révolution au Yémen

    media Manifestation devant l'université de Sanaa, le 2 mars 2011. Reuters/Khaled Abdullah

    Depuis plus d’une semaine, un sit-in organisé par les manifestants se tient devant l’université de Sanaa. Une initiative organisée en grande partie par des étudiants venus de la ville de Taez. Dans cette ville, les rassemblements de masse ont commencé bien avant la capitale Sanaa. Et pour cause, la ville est considérée par beaucoup comme le foyer de la révolte du pays.

    Avec notre correspondante au Yémen, Charlotte Velut

    Al Saeed, première famille commerçante du pays, Shaibani, la plus grande chaine de restaurant, ou encore le roi du sucre Abdul Haq Shaer : des grands noms du Yémen, tous originaires de Taez.

    Désignée comme la ville des éduquées, elle a formé une bonne partie de l’élite de la nation. Ainsi aujourd’hui, les chefs de fils des soulèvements populaires de ces dernières semaines viennent en majorité de cette cité à 200 km au sud de la capitale. Parmi eux, Tawakol Karman figure de l’opposition et de la lutte pour les droits de l’homme.

    « On continuera demain et après demain, même s’ils veulent nous tuer, il faut payer pour notre révolution, pour le futur du Yémen. La situation est mauvaise, on se bat pour le meilleur. Vous avez vu les étudiants, c’est eux qui crient " les peuples veulent la chute du régime " », dit Tawakol Karman.

    Les jeunes, véritables moteurs de la révolution yéménite. A Taez, ils représentent 50% de la population et sont inspirés par leurs ainés, c’est en effet dans cette cité qu’est née la première révolution au Yémen.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.