GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Deux nouveaux ministres nommés en Egypte

    media RFI

    Deux nouveaux ministres font leur entrée, dimanche 6 mars 2011, au gouvernement égyptien. Nabil el Arabi prend la tête du ministère des Affaires étrangères tandis que le général Mansour el Essawi est nommé ministre de l'Intérieur dans le gouvernement d’Essam Charaf. Des annonces dans le cadre d'un mouvement pour remplacer au gouvernement les proches du régime du président déchu Hosni Moubarak.

    Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

    La première mission du général Mansour el Essawi est de restaurer la loi et l’ordre dans une Egypte où le sentiment d’insécurité ne fait que croître. Une tâche difficile pour ce policier de carrière à la réputation intègre.

    Il faudra d’abord remonter le moral de policiers insultés et parfois agressés par la population. Des policiers qui, depuis l’arrivée de l’armée, se contentent de faire de la figuration.

    Il faudra aussi restructurer l’énorme appareil du maintien de l’ordre et en écarter tous les corrompus et autres tortionnaires. Une tâche titanesque surtout avec le démantèlement de facto de la police de la sécurité de l’Etat qui disposaient de dossiers sur tout le monde, y compris les officiers de police.

    A côté, le nouveau ministre des Affaires étrangères Nabil el Arabi sera une sorte de privilégié. Il a déjà la confiance des Américains qui l’ont connu quand il était représentant de l’Egypte aux Nations unies. Il en va de même pour les Européens qui l’ont connu en tant que membre de la Cour internationale de justice. Et puis, comme le disait un vieux routier de la diplomatie égyptienne : « quiconque succédera à Ahmad Aboul Gheit ne peut être que brillant ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.