GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Juillet
Jeudi 19 Juillet
Vendredi 20 Juillet
Samedi 21 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 23 Juillet
Mardi 24 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Au Yémen, la contestation ne faiblit pas

    media

    Le mouvement de contestation au Yémen s’étend un peu plus de jour en jour. Dans une prison de la capitale, une mutinerie a fait un mort et 60 blessés. Et à l’extérieur de la capitale Sanaa, de nouvelles villes rejoignent les protestations. A Aden, un policier a été blessé, mardi 8 mars 2011, lors de heurts avec des étudiants manifestant contre le régime du président Ali Abdallah Saleh, au pouvoir depuis 32 ans. Une contagion géographique et également au sein des différentes couches de la société.

    Avec notre correspondante à Sanaa, Charlotte Velut

    Des ordures accumulées sur les trottoirs. La scène se répète dans différents endroits de la capitale Sanaa depuis le début de la semaine, et pour cause, les éboueurs de la ville ont décidé de rejoindre la vague de protestation qui submerge le Yémen depuis plus d’un mois. Leur revendication principale : leur salaire, moins de deux euros par jour.

    Une à une toutes les composantes de la société yéménite semblent se joindre à la grogne contre le régime. Lundi, la révolte a touché la prison de Sanaa où les détenus auraient mis feu à leur matelas et pris des gardiens en otage. Les accrochages entre les forces de l’ordre et les prisonniers auraient fait un mort et 60 blessés. Ces évènements ont entrainé un renforcement de la présence militaire dans les artères principales de Sanaa.

    En dehors de la capitale, la mobilisation se poursuit dans les villes d’Aden, de Taez, les provinces de Shabwa, de l’Hadramaout et de Sadaa au nord. Des graffitis demandant au régime de se retirer auraient même été retrouvés à Sanhan, le village natal du président Ali Abdullah Saleh.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.