GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 10 Novembre
Dimanche 11 Novembre
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    A Oman, le sultan Qabous annonce une réforme constitutionnelle

    media

    Quand la contestation dans les pays arabes pousse leurs dirigeants à lâcher du lest : le sultan d'Oman annonce ce dimanche 13 mars 2011, dans un royal décret, une réforme constitutionnelle qui donnera davantage de pouvoir au Conseil législatif. Une mesure qui entrera en vigueur dans un mois. L'appel au dialogue des Etats-Unis semble avoir été entendu dans les pays du Golfe.

    Depuis qu'il a renversé son père en 1970, le sultan Qabous concentre tous les pouvoirs.

    Contrairement aux autres monarchies du Golfe où le pouvoir est partagé entre les membres de la famille régnante, le sultan d'Oman est un monarque absolu qui cumule en outre les fonctions de Premier ministre, de ministre des Affaires étrangères, de ministre des Finances et de président de la Banque centrale. Et bien sûr, aucun contre-pouvoir pour contrôler l'action du souverain, car le Conseil consultatif qu'il a mis en place n'a qu'une fonction consultative justement.

    Mais cela devrait changer d'ici un mois. Le sultan a en effet annoncé ce dimanche 13 mars 2011 une réforme constitutionnelle qui donnerait au Conseil consultatif le pouvoir législatif et même de contrôle sur le gouvernement.

    Et le roi de Bahreïn appelle au dialogue

    Une annonce spectaculaire qui répond aux manifestations politiques et sociales qui secouent le sultanat depuis plusieurs semaines. Une annonce aussi à rapprocher du nouvel appel au dialogue politique lancé cette fois par le roi de Bahreïn ce même dimanche.

    La veille, il est vrai, le secrétaire américain à la Défense, de passage à Bahreïn, avait averti le roi que s'il ne prenait pas l'initiative des réformes, les partisans de l'Iran s'en chargeraient. Un message reçu 5 sur 5.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.