GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Aujourd'hui
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    La Jordanie enterre la première victime des contestations

    media Des milliers de personnes étaient présentes à l’enterrement de Khairy Jamil Saad, le 27 mars 2011. REUTERS/Ali Jarekji

    En Jordanie, ce dimanche 27 mars 2011 dans l’après-midi, ont eu lieu les funérailles de l’homme décédé, vendredi, place Abdel Nasser à Amman. La police avait alors délogé le campement des jeunes du « Mouvement du 24 mars » à coups de bâtons et de gaz lacrymogènes. L'opération avait fait 160 blessés et un mort. Le décès de cet homme de 55 ans qui accompagnait son fils a créé un vif débat en Jordanie. Son enterrement était suivi par de nombreuses personnalités de l’opposition et une foule d'anonymes que sa mort a choqué.

    Avec notre correspondante à Amman, Angélique Férat

    L’enterrement de Khairy Jamil Saad avait des allures de rassemblement politique. On y chantait le martyr et on y demandait la démission du Premier ministre jordanien Maarouf Bakhit.

    La famille a demandé les excuses de la police, elle ne les a pas eues. Les autorités avaient, en effet, clamé un moment que l’homme n'était pas sur la place lors de l’intervention des forces de l’ordre. De multiples vidéos et photos ont prouvé le contraire.

    L’amertume avait amené, aussi, des hommes qui ne connaissaient pas le défunt juste parce que l’intervention musclée de la police les avait choqués. Enfin colère de certains militants qui comme Khaled Ramadan avaient confiance dans les promesses de reformes du souverain jordanien. Ce syndicaliste a claqué la porte, dès samedi, du comité de dialogue national mis sur pied par le roi début mars.

    « Ils essaient de diviser la population mais il n y arriveront pas. Car tout le monde est d’accord pour obtenir une vraie monarchie parlementaire et nous voulons que tous les corrompus aillent en prison ».

    Le « Mouvement des jeunes du 24 mars » promet une énorme manifestation vendredi prochain. Mais la rue jordanienne est divisée. Certains ont fini par croire la version officielle : ces jeunes sont contre le roi, ces jeunes sont d’origine palestinienne et donc contre les transjordaniens, c’est à dire les Jordaniens d’origine, ces jeunes veulent diviser la société jordanienne.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.