GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 20 Novembre
Mercredi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Plusieurs morts parmi les manifestants en Syrie

    media

    Des milliers de manifestants se sont rassemblés ce vendredi 1er avril 2011 après la grande prière, à l'appel de plusieurs sites Internet pour un « vendredi des martyrs » commémorant la mort de plus de 60 personnes lors des manifestations de ces deux dernières semaines, en Syrie. Déçus par le manque de propositions du président Bachar el-Assad lors de son discours devant le Parlement mercredi 30 mars, ils réclament plus de libertés. Des rassemblements à nouveau meurtriers.

    Plus de liberté, la levée de l'état d'urgence qui dure depuis plus de 40 ans, des réformes de fond et la libération des personnes arrêtées, voilà ce qu'ils réclament. Azzam se trouvait cet après-midi à Lattaquié, une ville située au nord de la Syrie, sur le bord de la Méditerranée, toute proche du village natal de Bachar el-Assad et de son père.

    Des milliers de personnes se sont regroupées vers le centre-ville, plus de 5 000 ou 6 000 personnes, on l'appelle la place Tahrir.
    Témoignage d'un manifestant à Deraa par Polina Myakinchenko 10/10/2013 - par RFI Écouter

    Azzam raconte ce qui s'est passé à la fin de la grande prière de ce vendredi 1er avril. « Toutes les mosquées de Lattaquié étaient cernées, encerclées par les forces de sécurité, pour empêcher les gens de sortir et de rejoindre les manifestations pacifiques », témoigne-t-il.

    Brahim lui a manifesté près de Deraa dans le sud du pays, foyer de la contestation depuis deux semaines. Selon lui, plusieurs personnes auraient été arrêtées et tuées. « J'étais là et c'étaient des manifestations pacifiques, affirme-t-il. Les gens réclamaient leur liberté et, tout à coup, les hommes de la sécurité ont ouvert le feu sur eux sans sommation, je ne sais pas exactement combien de personnes ont été tuées. Au moins dix à mon avis. En tous cas, moi j'en ai vu deux. Ceux qui ont tiré portaient des uniformes de l'armée. Il était environ 15h quand ça s'est produit ».

    J'ai peur d'y aller. Les forces de sécurité arrêtent les manifestants et les torturent.
    Témoignage de Sarah, habitante de Damas par Polina Myakinchenko 10/10/2013 - par RFI Écouter

    A côté de Damas, à Douma, il y aurait eu six morts. « Les forces gouvernementales nous ont repoussés en tirant sur nous et en lançant des bombes lacrymogènes, raconte le cyber-militant Mohamed, qui était sur place. Ils nous ont divisés en groupes de 150 personnes, ils nous ont menacés avec des armes. Il y avait beaucoup de forces de police. Désolé, je dois y aller, je dois partir, les forces de sécurité sont en train de nous courir après. Désolé, au revoir ! »

    Il est encore difficile de vérifier le nombre de morts et de blessés. Sans compter le nombre de manifestants arrêtés par les forces de sécurité.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.