GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Russie: il y a au moins treize morts dans une mine d'or en Sibérie après la rupture d'un barrage (officiel)
    • SNCF: trafic perturbé ce samedi, «situation très sensiblement identique» à celle de vendredi (direction)
    • Le président du Chili décrète l'état d'urgence dans la capitale après une journée d'émeutes (officiel)
    Moyen-Orient

    Mutinerie dans une prison surpeuplée du Liban

    media Dans une cellule de la prison de Roumieh, en avril 2006. AFP PHOTO/RAMZI HAIDAR

    La prison centrale de Roumieh, principal établissement pénitentiaire du Liban, située au nord-est de Beyrouth a été le théâtre d’une mutinerie samedi 2 avril 2011. Les détenus réclament une amnistie et une amélioration de leurs conditions de détention. Des exigences impossibles à satisfaire pour le moment, en raison du blocage des institutions du pays.

    Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

    La prison de Roumieh, construite pour accueillir 1 500 détenus, en abrite près de 4 000, dont des centaines attendent depuis des années leur procès. Les émeutiers contrôlent un des bâtiments de la prison et affirment retenir en otage sept gardiens. Ils ont brûlé des matelas et cassé des portes et des fenêtres.Grâce à des téléphones portables introduits en cachette, ils communiquent avec les journalistes, et menacent de faire exploser des bombonnes de gaz, si l’assaut est donné.

    Des revendications impossibles à satisfaire dans l'immédiat

    Les mutins réclament une amnistie générale, des réductions de peine et une amélioration de leurs conditions de détention. Mais leurs principales revendications sont impossibles à réaliser dans l’immédiat, car elles nécessitent des décrets et des lois qui ne peuvent être promulgués par le gouvernement actuel, démissionnaire depuis le 12 janvier.

    La plupart des émeutiers sont de petits dealers ou des délinquants. La majorité d’entre eux sont originaires de Baalbek, une région de la plaine orientale de la Bekaa où l’esprit clanique reste très ancré.

    Dans la nuit de samedi à dimanche, des membres de leur clan ont coupé des routes à l’aide de pneus enflammés, en signe de solidarité avec leurs proches détenus.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.