GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 11 Décembre
Jeudi 12 Décembre
Vendredi 13 Décembre
Samedi 14 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 16 Décembre
Mardi 17 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Au bout de deux semaines de difficiles négociations, la conférence climat de l'ONU organisée à Madrid (COP25) a échoué à trouver un accord sur les règles des marchés carbone internationaux, dernier volet du manuel d'utilisation de l'accord de Paris de 2015. La conférence s'est donc bornée à souligner le «besoin urgent» à agir contre le réchauffement.

    Dernières infos
    • Crise au Liban: «Il faut que les autorités politiques se secouent» (Le Drian)
    • Pollution atmosphérique en Iran: écoles fermées dans plusieurs villes du pays, dont Téhéran
    • «L'hôpital public se meurt», avertissent 660 médecins prêts à démissionner dans une tribune publiée par le «Journal du dimanche»
    • Culture: l'actrice Anna Karina est morte d'un cancer à 79 ans (agent à l'AFP)
    Moyen-Orient

    Les hésitations américaines face aux révoltes du monde arabe

    media Le président yéménite, Ali Abdallah Saleh, aurait perdu le soutien de Washington. REUTERS/Khaled Abdullah

    Au Yémen, alors que le mouvement de protestation se poursuit, le quotidien américain New York Times révèle que le président Ali Abdallah Saleh aurait perdu le soutien d'un allié de poids, les Etats-Unis. Depuis le début des révoltes du monde arabe, l’administration Obama, comme les chancelleries occidentales, donne l’impression de répondre un peu et au jour le jour au « Printemps arabe ».

    Le printemps arabe est un véritable casse-tête pour Barack Obama. Conséquence, depuis le mois de janvier, le président américain oscille entre un soutien prudent « et de principe pour se mettre du bon côté de l’histoire » et une réserve tout aussi prudente « pour ménager les intérêts américains et les inquiétudes des alliés, comme Israël et l’Arabie Saoudite », explique Justin Vaïsse, directeur de recherche au Brookings Institute, à Washington.

    Contrairement à ses homologues européens, Barack Obama ne peut prétendre avoir été pris totalement de court par les révolutions du monde arabe. Dès le mois d’août, depuis son bureau ovale, le président américain commandait « un rapport secret à ses conseillers sur les troubles du monde arabe », rapporte le New York Times. Toujours selon le quotidien américain, dans un rapport secret de 18 pages, les experts prévenaient que « sans changement politiques de fond, ces pays sont mûrs pour la révolte populaire ».

    Démocratisation ou préservation des intérêts

    Etre averti et traditionnellement favorable à la démocratie ne suffit pas. La position des Etats-Unis dépend d’abord de leurs intérêts. Dans le cas de la Tunisie, considérée comme un allié relativement secondaire, l’administration Obama n’a pas hésité à se porter assez rapidement du côté des manifestants. Dès début janvier, le département d’Etat condamnait officiellement les violences.

    En revanche, si Barack Obama a demandé le départ de l’Egyptien Hosni Moubarak et du Libyen Mouammar Kadhafi, il n’a pas eu les mêmes exigences pour le roi du Bahreïn qui a décidé, le 16 mars dernier, de réprimer violemment le mouvement de contestation. « Autant il est facile d’être pro-démocratie pour la Tunisie » ou pour la Libye qui n’est pas un pays central pour les Américains, « autant l’administration américaine se doit d’être beaucoup plus prudente pour l’Egypte, en raison de son importance dans le monde arabe et pour Israël ou encore Bahreïn où est stationnée la Ve flotte américaine et surtout l’Arabie Saoudite, pays clé de toute cette région où les intérêts stratégiques et économiques américains sont énormes », précise le chercheur Justin Vaïsse.

    Le Yémen est aussi un cas délicat pour Washington, qui vient tout juste de changer de position. Dans son édition de lundi, le New York Times révèle que les Etats-Unis estiment que la position du président Saleh est désormais intenable et que des négociations ont été engagées pour proposer au président yéménite de remettre le pouvoir à un gouvernement provisoire. Le quotidien américain précise que cela ne remet pas en cause toutefois la position de Washington concernant les opérations américaines de contre-terrorisme au Yémen.

     

    Justin Vaïsse, chercheur au Brookings Institute de Washington 05/04/2011 Écouter
    « Le Yémen est un cas complexe pour les Etats-Unis »

    Cette valse entre stabilité ou démocratie est peut-être finalement « la seule position sage à adopter à un moment où on ne sait pas exactement de quel côté le printemps arabe va tourner », conclut le directeur de recherche du Brookings Institution, qui compare cette période à celle qu’avait connue le président Bush-père, dans les années 1989-1990, au moment des bouleversements en Europe de l’Est et en URSS. Aujourd’hui comme hier, « il est très difficile de fonder une politique sur des principes quand on ne sait pas de quoi demain sera fait. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.