GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Les pays arabes du Golfe dénoncent « les ingérences flagrantes » de l'Iran

    media

    Les pays du Golfe font bloc contre l'Iran, accusé de vouloir les déstabiliser. Dimanche 3 avril 2011, les ministres des Affaires étrangères des pays du Conseil de coopération du Golfe se sont réunis à Riyad, en Arabie Saoudite. Ils ont dénoncé l'« ingérence persistante de l'Iran dans leurs affaires intérieures ».

    Avec notre correspondante à Riyad, Clarence Rodriguez

    L’inquiétude est plus que perceptible au sein du Conseil de coopération du Golfe (CCG). Les six pays membres du CCG sont manifestement unis et solidaires contre la menace de l’Iran, accusé d’ingérence persistante dans leurs affaires intérieures.

    Les chefs de la diplomatie des six pétromonarchies sunnites soupçonnent en effet Téhéran de vouloir déstabiliser le régime.

    Certains pays, comme le Koweit, ont dû expulser ces derniers jours des diplomates iraniens, accusés d’entretenir un réseau d’espionnage.

    Quant aux autorités bahreïniennes, elles accusent également l’Iran d’avoir soutenu en catimini durant un mois l’opposition chiite qui réclame toujours le renversement de la famille régnante sunnite al-Khalifa.

    Face à cette ingérence, le chef de la diplomatie des Emirats arabes unis estime que toute action contre l’Iran doit être prise collectivement dans un seul but : « préserver la stabilité et la sécurité de la région ».

    Que ce soit Koweit, Bahreïn ou l’Arabie Saoudite, ces trois pays comptent parmi leur population, une minorité de chiites sous la coupe de Téhéran.

    Depuis plus d’un mois tous les vendredis, des manifestations, bien qu’interdites, sont organisées dans la province orientale. Ces protestataires réclament entre autres, la libération de leurs frères emprisonnés. Et c’est précisément dans cette région hautement stratégique et pétrolifère que vivent près de deux millions de chiites. Les autorités saoudiennes sont particulièrement inquiètes. Elles sont sur le qui-vive.

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.