GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 22 Novembre
Samedi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Les Syriens se mobilisent pour la «liberté»

    media Les manifestations à Deraa, au sud de Damas (Syrie), ont été le théâtre de violences dans lesquelles plusieurs personnes -une trentaine- ont été tuées vendredi 8 avril 2011 REUTERS/vidéo amateur

    Journée plus calme ce samedi 9 avril en Syrie. La veille, vendredi, des violences attribuées par les uns à la police par les autres à des «groupes armés», a fait plusieurs morts et blessés, notamment à Deraa, dans le Sud. Une quarantaine de personnes auraient été tuées. Des milliers de personnes se sont rassemblées samedi aux obsèques des manifestants décédés et un opposant, chef de la plus grande tribu du pays, Nawaf Al-Bachir, a appelé le régime de Bachar al-Assad à cesser de faire «couler le sang du peuple syrien» et à lancer un dialogue national. Le gouvernement lui dénonce une conspiration de l'opposition.

     Avec notre correspondante à Damas, Sophie Dumont

    Les annonces du gouvernement de Bachar el-Assad en faveur de réformes ne sont pas suffisantes pour l’opposition qui demande un réel dialogue, des décisions immédiates en faveur de la liberté et l’arrêt des violences policières.

    Malik a participé aux rassemblements à Damas : «Après ce qui s’est passé à Deraa, les jeunes se réveillent et n’attendront pas quarante ans de plus pour avoir des droits, des libertés. Nous prenons conscience que ce gouvernement n’est pas bon. J’ai un sentiment d’espoir quand je vois tous ces gens qui vont s’exprimer pour la première fois dans la rue sans avoir peur. Mais si le gouvernement utilise la force et les armes, les gens continueront à sortir dans la rue pour demander la liberté et ils finiront par l’obtenir. Si le gouvernement choisit le chemin de la conciliation ce sera mieux pour le pays et les gens seront prêts à pardonner.» 

    Le mot «liberté» n’a jamais été autant été prononcé depuis quarante ans et selon Ahmad, c’est le seul moyen pour les Syriens pour améliorer leur niveau de vie et leur avenir : « Je pense que les gens demandent la liberté parce qu’ils savent que s’ils demandent autre chose, ils risquent d’être brutalisés par des agents de sécurité ou bien même d’aller en prison.  Avec la levée de l’état d’urgence ils ne nous arrêteront plus et cela nous donnera la chance d’avoir un avocat en cas de problème. L’avenir dépendra de cette décision

    Aujourd'hui, les forces de sécurité ont de nouveau ouvert le feu sur les manifestants qui essayaient de participer aux funérailles de ceux qui avaient été tués la veille. La situation est en train de se détériorer, d'autant que le ministre de l'Intérieur a déclaré aujourd'hui, et je le cite précisément : «Nous utiliserons la force pour ramener le calme dans les différentes villes en Syrie».

    Radwan Zihadeh, directeur du Centre des Droits de l'hommes de Damas, actuellement aux Etats-Unis, rapporte les témoignages qu'il a pu recueillir par téléphone à Deraa 10/04/2011 Écouter

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.