GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 20 Décembre
Vendredi 21 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Libye: la tribune Obama-Sarkozy-Cameron veut la chute de Kadhafi

    media

    Impossible d'imaginer un avenir pour la Libye avec Kadhafi. Barack Obama, David Cameron et Nicolas Sarkozy publient ce vendredi 15 avril 2011 une tribune commune dans plusieurs journaux. Pour les trois dirigeants, l'objectif est clair : il faut accélérer la chute du colonel, tout en protégeant les civils. La chute de Kadhafi, c'est aussi désormais l'objectif explicite de l'Otan, qui est réuni à Berlin sur la question. Mais Les Etats-Unis refusent de revenir en première ligne. Barack Obama est dans une position délicate.

    En signant ce vendredi, une tribune conjointement avec son homologue français Nicolas Sarkozy et le Premier ministre britannique David Cameron, Barack Obama confirme que son pays est décidé à faire appliquer les résolutions des Nations unies.

    Les trois dirigeants rappellent que le premier objectif est de protéger la population civile contre les attaques de l’armée libyenne. Ils soulignent que l’opération militaire, conduite par l’Otan ne vise pas à évincer Mouammar Kadhafi par la force. Avant d’ajouter qu’il est toutefois désormais impensable d’imaginer que la Libye ait un avenir politique avec le guide libyen.

    Pour le président américain, cette tribune vise à rassurer ses partenaires au sein de l’Otan qui pouvait douter de son soutien dans l’opération en cours. Mais dans le même temps, sur le plan militaire, les Etats-Unis ont considérablement réduit leur participation.

    Il s’agit là pour Barack Obama de rassurer son opinion publique. Le président américain fait déjà l’objet de vives critiques pour la poursuite du déploiement de troupes américaines en Afghanistan et, de manière plus réduite, en Irak. Pour l'opération libyenne, il n'est donc pas question de revenir sur la décision de retirer il y a dix jours, la cinquantaine d'avions américains engagés dans les attaques au sol.

    L'Otan a pourtant reconnu, hier jeudi, qu'il lui fallait plus d'avions pour mener ses opérations à bien. Paris et Londres espéraient convaincre leurs alliés de leur fournir de l'aide. Mais aucun pays européen n'a répondu positivement. Seuls six membres de l'Otan sur 28 participent aux frappes.

    De nouveaux bombardements ont touché Misrata ce vendredi matin. Au moins 8 morts, de source médicale. Hier, au moins 23 personnes ont été tuées par les forces pro-Kadhafi dans la ville assiégée. Les ONG redoutent une aggravation de la situation humanitaire.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.