GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Selon le Washington Post, l'opposition syrienne a été secrètement financée par les Etats-Unis

    media Nouvelle manifestation contre le pouvoir syrien à Banias, le 17 avril 2011. REUTERS/Stringer

    La contestation du pouvoir en place est toujours très forte en Syrie. Des heurts entre manifestants et forces de l’ordre ont fait plusieurs morts dans la nuit du dimanche 17 au lundi 18 avril 2011 dans la ville de Homs. Et alors que de nouvelles manifestations sont attendues ce lundi, le quotidien américain Washington Post révèle que des groupes de l'opposition syrienne ont été secrètement financés par les Etats-Unis.

    Barada TV est une chaîne de télévision, qui porte le nom d'une rivière qui traverse le cœur de la ville de Damas mais, qui est basée à Londres. Cette chaîne a commencé à émettre en Syrie en avril 2009. Ses programmes se sont étoffés ces dernières semaines pour couvrir la vague de contestation sans précédent qui secoue la Syrie.

    Barada TV ne cache pas ses liens avec le Mouvement pour la justice et le développement, un réseau d'opposants syriens exilés à Londres. Mais dans son édition de ce lundi, le Washington Post révèle que ce mouvement a reçu ces cinq dernières années pas moins de six millions de dollars du département d'Etat américain.

    Se basant sur des télégrammes diplomatiques diffusés par WikiLeaks, le quotidien américain précise que des figures de l'opposition syrienne ont commencé à être financées sous la présidence de George W.Bush, en 2005, à partir du moment où son administration a rompu ses relations politiques avec Damas.

    Toujours selon le Washington Post, ces financements se sont poursuivis sous l'ère Obama, même si la nouvelle administration américaine a favorisé un rapprochement politique avec Damas. Damas où la Maison Blanche a réinstallé un ambassadeur en janvier, pour la première fois depuis six ans.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.