GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    La répression en Syrie continue mais le régime fait quelques gestes

    media A Banias, un manifestant brandit un message où il est inscrit "Non au terrorisme, nous voulons la liberté". Reuters

    Après plus d'un mois de manifestations, le gouvernement syrien a finalement adopté mardi 19 avril, un projet de loi abrogeant l'état d'urgence. C'était une des principales revendications des manifestants. Pourtant, rien n'indique vraiment que le régime de Bachar el-Assad  desserre son emprise sécuritaire.

    La répression continue mais Damas fait quelques pas sur le chemin des réformes. L'état d'urgence était en vigueur en Syrie depuis 48 ans. L'abroger constitue donc une véritable concession, même si en parallèle, les autorités ont annoncé qu'elles allaient réglementer le droit de manifester, sans donner plus de précisions.

    Un porte-parole du département d'Etat américain reste sceptique : « Cette nouvelle législation pourrait être aussi restrictive que l'état d'urgence qu'elle remplace ». Même écho chez les militants syriens des droits de l'homme qui minimisent la portée des mesures annoncées.

    Le Parlement a été convoqué pour une séance extraordinaire le 2 mai prochain puisque les textes doivent encore être ratifiés pour entrer en vigueur. Le cabinet approuve par ailleurs l'abolition de la Haute cour de sûreté de l'Etat, une juridiction d'exception.

    Zone de guerre

    Monsieur Issa est un activiste politique de grande renommée
    Nadim Houry Représentant de Human Rights Watch en Syrie 10/10/2013 - par Monique Mas Écouter

    Toutefois, plusieurs signes montrent bien que les autorités n'ont pas l'intention de céder du terrains aux opposants. Quelques heures à peine après les annonces gouvernementales, Mahmoud Issa, figure de l'opposition, était arrêté chez lui en pleine nuit par les forces de sécurité.

    Un peu plus tôt, à Homs, la police a tiré sur les manifestants, tuant six personnes. C'est dans cette ville industrielle d'un million et demi d'habitants que la tension monte depuis deux jours. Les protestataires ont appellé à une grève générale.

    Selon des témoins sur place, Homs ressemble à une zone de guerre : les rues étaient vides hier, les magasins fermés, des tireurs d'élite seraient postés sur les toits et la police interdit l'accès à la place de l'Horloge, la principale place de la ville, point de ralliement des manifestants.

    A Banias, la mobilisation reste forte. Le régime continue de crier au complot et assure que les troubles relèvent d'une insurrection armée. Il accuse les groupes islamistes de semer la terreur dans le pays et Washington d'être derrière les manifestations.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.