GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Aujourd'hui
Vendredi 23 Août
Samedi 24 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Les Occidentaux et l'ONU condamnent la répression sanglante en Syrie

    media Des manifestants se sont rassemblés devant le port syrien de la ville de Banias, vendredi 22 avril 2011. REUTERS/Handout

    En Syrie, la journée de contestation de vendredi 22 avril 2011 a été l'une des plus sanglantes, depuis le début du mouvement. Entre 70 et 80 morts, des centaines de blessés et de disparus, selon les manifestants, dix morts selon les autorités. Une journée de répression sanglante qui a provoqué un tollé de protestation dans le monde.

    Londres accuse Damas de meurtre. Paris demande aux autorités syriennes de renoncer à l'usage de la violence contre leurs concitoyens et de mettre en œuvre les réformes demandées par les manifestants. Alain Juppé le ministre français des Affaires étrangères condamne « une répression aveugle et brutale ».

    Même la Russie pourtant alliée de longue date régime syrien s'inquiète aujourd’hui des tensions et demande aussi une accélération des réformes dans le pays.

    « Cette répression violente est inacceptable», dit le président du Parlement européen Jerzy Buzek.

    De même, le secrétaire général des Nations unies lance un appel similaire pour l'arrêt des violences répressives et il demande une enquête indépendante, transparente et efficace, sur les raisons des tueries.

    Washington condamne dans les termes les plus forts le recours à la force contre les manifestants. « Ce recours révoltant à la violence pour lutter contre des manifestations doit cesser immédiatement », dit le président Obama et il ajoute: « au lieu d'écouter son peuple, le président Assad accuse l'étranger, tout en cherchant à obtenir l'aide iranienne pour réprimer les Syriens, avec les mêmes méthodes brutales que celles qu'utilisent ses alliés de Téhéran ».

    Le ministre belge des Affaires étrangères condamne également « l'usage insensé» de la violence contre les manifestants en Syrie et « le cycle de la force brutale » entretenu par Damas.

    Condamnation unanime donc, mais pas encore d'annonce de sanctions supplémentaires contre le régime syrien même si certains commencent à en parler.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.