GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Climat: la BEI va «arrêter de financer les projets liés aux énergies fossiles après 2021» (officiel)
    • Jihadistes détenus en Syrie: Washington juge «irresponsable» de demander à l'Irak de les juger (responsable)
    • Le Sénat rejette le projet de budget de la Sécu pour protester contre le «mépris» de Macron
    • Foot: la France qualifiée pour l'Euro 2020 après le match nul entre la Turquie et l'Islande (0-0)
    • Éliminatoires CAN 2021: les Comores gagnent au Togo (1-0), le Kenya tient l’Égypte en échec (1-1) dans le groupe G.
    • Fusillade dans un lycée près de Los Angeles: deux des victimes sont décédées, le suspect interpellé
    • L'UE lance une procédure contre le Royaume-Uni pour ne pas avoir nommé de commissaire (officiel)
    • Manifestations à Hong Kong: mort d'un homme de 70 ans blessé par un jet de brique (hôpital)
    • Les eurodéputés valident la candidature du Français Thierry Breton à la Commission européenne (sources parlementaires)
    • Au moins 7 personnes touchées par des tirs dans un lycée près de Los Angeles (shérif et médias)
    • Premier décès en Belgique attribué à l'usage de la cigarette électronique (ministre)
    • Hôpitaux: Macron dit avoir «entendu la colère et l'indignation» du personnel soignant
    Moyen-Orient

    Yémen: la médiation du Golfe se heurte au rejet des jeunes de la rue

    media Les jeunes manifestants rejettent le plan de sortie de crise des pays du Golfe et exigent un départ immédiat du chef de l'Etat. Reuters/Khaled Abdullah

    Au Yémen, le parti du président Saleh et l'opposition parlementaire ont accepté le plan de sortie de crise proposé par des pays du Golfe. Une proposition refusée par la rue yéménite. Les contestataires continuent d'exiger le départ immédiat du président Ali Abdallah Saleh. Et les jeunes ont appelé, dimanche 24 avril 2011, à des sit-in à travers tout le pays.

    En fait, ce scénario s'est déjà produit ces derniers jours : des médiateurs qui réussissent à s'entendre partiellement avec des dirigeants du régime ; certains leaders de l'opposition (les leaders de certains partis politiques, et d'anciens transfuges du régime) qui négocient, voire acceptent partiellement les solutions envisagées ; mais les jeunes de la rue, ceux qui s'expriment sur les réseaux sociaux, sur internet, la partie « spontanée » de cette contestation refusent tout en bloc.

    Les manifestants, occupent toujours la place de l'Université, à Sanaa. Jeunes et déterminés, ils sont concentrés sur une chose : le départ immédiat du président Saleh et redoutent aussi de voir une continuité du régime yéménite actuel. « On n’est pas d’accord avec la proposition car Saleh va laisser le pouvoir à quelqu’un nommé par lui » , explique Adel al Surabi, du centre média des manifestants.

    Le plan de sortie de crise prévoit la formation d'un gouvernement d'union nationale et le transfert des prérogatives du président Saleh au vice-président, suivi de sa démission et, enfin, d'une élection présidentielle 60 jours plus tard. Jusqu'ici, le point de blocage c'était le départ du président Saleh. Cette fois, un autre point s'ajoute au probleme : l'immunité du chef de l'Etat.

    « C'est bon, qu'il parte enfin avec éventuellement une courte phase de transition, quelques semaines pour organiser des élections », disent-ils, mais la grande majorité d'entre eux veulent un départ complet et ferme du pouvoir et ensuite un jugement. Que ce président dont ils estiment qu'il a pillé leur pays pendant 32 ans rende des comptes.

    Bref, se débarrasser du président Saleh, oui, mais pas à n'importe quel prix. « Nous ne sommes pas d’accord. Nous continuons à demander un nouveau gouvernement et nous voulons que le président, son entourage, les ministres et sa famille, passent devant la justice car ils ont assassiné beaucoup de gens. Ils ne doivent pas partir comme ça », explique Fuad al Qadas un jeune manifestant.

    Nous pouvons le dire qu'en 24 ou 48 heures il semble que l'on se soit vraiment approché d'une solution, d'un compromis. Mais, c'est encore insuffisant, car la base de ce mouvement continue de se méfier de ce qu'ils appellent « les manœuvres, les mensonges » du président Saleh.

    Un des leaders de la contestation annonce que les jeunes veulent donner un nouvel élan au mouvement de protestation et se dit convaincu que l'opposition parlementaire finira par suivre la rue.

    L’opposition yéménite : politique et civile

    On pourrait comparer l’opposition yéménite à une mosaïque de partis. D’une part, il y a l’opposition dite politique, connue sous l’appellation opposition conjointe. Celle-ci regroupe six groupes aux orientations bien différentes. Les principaux sont : l’Islah, composé en parti par les frères musulmans yéménites, le parti socialiste et le parti Haq réputé proche de la communauté Houthis.

    Crée à l’occasion du dernier scrutin présidentiel de 2006, cette coalition était destinée à faire le poids face au parti Présidentiel. Aujourd’hui, ses diverses factions ont un but : démettre le Président yéménite de ses fonctions, mais quid de l’après Saleh.

    L’opposition yéménite, c’est également la rue qui rejette toute affiliation politique. Une rue elle aussi aux multiples reflets. Au fil des trois mois de contestation, étudiants et activistes des droits de l’homme des débuts ont été rejoints par de chefs de tribu, de businessman, des militaires.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.