GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 20 Septembre
Mercredi 21 Septembre
Jeudi 22 Septembre
Vendredi 23 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Syrie : la répression continue avec l’entrée de blindés à Deraa

    media

    La répression  se poursuit en Syrie. A Jableh, dans le nord-ouest, les forces de l'ordre auraient tué au moins quatre personnes et en auraient blessé plusieurs autres, le dimanche 24 avril 2011. L'opposition et plusieurs organisations locales dénoncent également les dizaines arrestations qui se déroulent depuis vendredi dans plusieurs villes du pays et notamment à Damas, la capitale. Enfin des nouvelles inquiétantes en provenance de Deraa, dans le sud, d'où est parti ce vent de révolte. Des blindés ont pénétré très tôt dans la ville ce lundi matin. Des témoignages ont fait état de tirs nourris et de morts. Les autorités syriennes ont par ailleurs annoncé la fermeture de leur frontière avec la Jordanie.

    Les informations passent difficilement, des militants des droits de l'homme en exil arrivent péniblement à contacter des proches, par Skype, par téléphone satellite ou du côté de Deraa proche de la frontière jordanienne grâce au réseau jordanien de téléphonie mobile. On apprend d'ailleurs que les autorités syriennes viennent de fermer tous les postes frontière entre les deux pays.

    La ville de Deraa est pratiquement coupée du monde depuis 4 heures du matin, heure locale. L'électricité, l'eau et les lignes téléphoniques ont été coupées alors que les premiers blindés et les premiers chars entraient dans la ville à l'aube.

    Tôt ce matin, la 4e division de l'armée syrienne est entrée dans la ville de Deraa, avec une dizaine de tanks, ils ont aussi posté des snipers sur les toits.
    Malat Aumran Cyber activiste syrien, en exil à Beyrouth. Il est parvenu à joindre dans la matinée des habitants de la région de Deraa, via le réseau de téléphonie jordanien. 10/10/2013 - par RFI Écouter

    Les témoins parlent de tirs d'artillerie lourde, de bombardement, de snipers positionnés sur les toits. De blessés et de morts aussi qu'il serait pour l'instant impossible de dénombrer et de récupérer dans les rues. Selon un militant, il y aurait au moins cinq morts qui étaient dans une voiture criblée de tirs. Un couvre-feu a été imposé. Les forces de sécurité ont établi des barrages à la sortie des villes, pour empêcher la circulation et l'information entre les villes.

    Les gens restent terrés chez eux, terrifiés, alors que juste de l'autre côté de la frontière, en Jordanie, des appels pour faire des dons de sang ont été lancé. Y-a t-il eu un massacre comme s'inquiète déjà certains syriens en exil dans cette ville qui était à l'épicentre du mouvement de révolte ?

    Un témoin contacté par RFI confirme que des bruits de tirs pouvaient s'entendre dans le nord-ouest de la ville et que des hommes vêtus d'uniforme militaire étaient à bord de véhicules. A quelle unité appartiennent ces hommes en treillis ? Font-ils partie de la police militaire ? S'agit-il de la garde prétorienne, du 4e bataillon d'infanterie, dirigé par le frère du président Bachar el-Assad ?

    Le témoin n'a pas été en mesure d'identifier avec certitude ces hommes armés qui sont en train de prendre tout le contrôle de la ville de Deraa. Deraa, qui était à l'épicentre du mouvement de contestation. C'est de cette ville du Sud de la Syrie qu'était partie la contestation. Pour avoir écrit sur des murs le slogan « le peuple veut faire tomber le régime » une quinzaine d'adolescents de la ville subiront des sévices et seront torturés par les forces de sécurité syrienne.

    Et c'est pour protester contre leur arrestation et le traitement de ces adolescents que les habitants de Deraa, qui avaient déjà accumulé les griefs contre le régime, commenceront à descendre massivement dans les rues. C'était à la mi-mars. Un mois et dix jours après le début de la contestation en Syrie, le pouvoir a symboliquement choisi Deraa pour commencer à mater, avec les forces armées, un mouvement de protestation sans précédent.

     

    Vers 4 heures du matin, heure locale à Deraa, j'ai reçu un appel d'un de mes contacts à Deraa, qui m’appelait par téléphone satellite. Il m'a dit que l'eau et l'électricité étaient coupées dans la ville et que toutes les lignes téléphoniques, y compris les téléphones mobiles ne marchaient plus.
    Témoignage de Kaldoun Aswad Médecin syrien exilé aux Etats-Unis, membre du Comité arabe des droits de l'homme, il a réussi a contacter des gens à Deraa. 10/10/2013 - par Catherine Monnet Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.