GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 13 Août
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Aujourd'hui
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Le clan Assad s'appuie sur un appareil sécuritaire qu’il a mis en place

    media Le président syrien Bachar el-Assad devant son bureau à Damas. REUTERS/Khaled al-Hariri/Files

    La communauté internationale condamne « l'escalade de la répression » en Syrie, plusieurs pays européennes dont la France, le Royaume-Uni ou encore l’Espagne ont convoqué les différents ambassadeurs syriens. Et sur place un militant des droits de l'homme assure que de nouveaux renforts des forces de sécurité sont entrés à Deraa. Le régime syrien poursuit une donc sa répression sanglante grâce à un appareil sécuritaire totalement à sa botte.

    Les chars sont sortis des casernes, les soldats sont entrés dans la ville de Deraa lundi à l'aube par centaines, mais aucun témoin n'est en mesure de garantir que ce sont bien les forces régulières qui sont entrées en action.

    Les militants des droits de l'homme parlent de forces spéciales ou de la garde présidentielle, c'est-à-dire de la 4e brigade dirigée par Maher el-Assad, le plus jeune frère du président. Dans un pays où tous les rouages du pouvoir ont été verrouillés par un même clan, le benjamin de la famille Assad est considéré comme « le véritable patron » de l'armée.

    Maher el-Assad a la réputation d'être colérique et prêt à tout. C'est lui qui incarne la brutalité d'un régime qui a donné carte blanche à sa police secrète. Une police qui comme l'armée est donc totalement contrôlée par les Alaouites, la minorité religieuse dont est issue la famille Assad.

    Ce verrouillage de l'appareil sécuritaire est la garantie de survie du régime, du clan. Il limite en tout cas les effets de possibles défections de soldats sunnites. Des défections qui se multiplieraient depuis le début de la semaine.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.