GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Aujourd'hui
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Syrie: le bilan de la répression s'alourdit à Deraa

    media Manifestation anti-gouvernementale à Banias le 26 avril 2011. L'opposition redoute un déploiement de l'armée à Banias également. REUTERS

    La répression à Deraa aurait fait au moins 35 morts, en 2 jours. Un chiffre donné par l'organisation non gouvernementale Sawassiya. Une ONG qui affirme que l'eau, l'électricité et les télécommunications ont été coupées dans cette ville, foyer de la révolte populaire. Une ville où des renforts militaires sont arrivés ce mardi 26 avril. L'armée intervient également à Douma, près de Damas, la capitale. Environ 2 000 policiers s'y sont déployés.

    Les chars de l'armée syrienne se sont déployés à Deraa, cette ville située à une centaine de km au sud de Damas, berceau du mouvement de contestation contre le régime de Bachar el-Assad.

    L'armée syrienne a dépêché des renforts dans cette ville. Des témoins disent que les militaires et les forces de sécurité tirent sur les civils dans les rues. Un homme qui a fuit cette région pour tenter de se réfugier en Jordanie accuse les forces de sécurité de faire des descentes dans les maisons et d'ouvrir le feu sur les habitants de Deraa et il parle de massacre. Il y aurait des barrières aux entrées de la ville et les militaires auraient même tiré sur une mosquée.

    Déploiement de renforts de sécurité également à Douma, un faubourg de Damas où des manifestants tentent de défiler presque chaque jour. Un témoin, cité par l'Agence France presse parle de ville fantôme. Les habitants de Douma n'osent plus sortir, dit-il et les commerces sont fermés.

    L'un des leaders du mouvement de contestation dit redouter un déploiement de l'armée également à Banias dans le nord-ouest.

    L'organisation syrienne des droits de l'homme Sawassiya estime que le nombre des victimes atteint désormais au moins 400 morts depuis le déclenchement de la révolte dans le pays.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.