GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 20 Novembre
Mercredi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Ali Abdullah Saleh refuse de signer le plan du Golfe

    media Malgré une nouvelle proposition plus favorable des pays du Golfe, Ali Abdullah Saleh refuse de quitter le pouvoir. REUTERS/Ammar Awad

    Ali Abdullah Saleh a refusé, samedi 30 avril 2011, de signer le plan de sortie de crise prévoyant sa démission alors qu'il avait donné un oui de principe le weekend dernier. Cette décision a été prise à la suite d'une longue réunion avec le secrétaire général du Conseil de Coopération du Golfe, Abdellatif al-Zayani, venu spécialement à Sanaa. Le médiateur des monarchies du Golfe qui a d'ailleurs rapidement quitté le pays après cet échec.

    Avec notre correspondante à Sanaa, Charlotte Velut

    Une fois de plus Ali Abdullah Saleh sème la confusion au Yémen. Un des proches alliés du chef de l’Etat rapporte qu’il a refusé de signer l’accord, expliquant que c’est une tâche qui incombe au chef de son parti politique, pas à lui. Par ailleurs, Saleh demande une garantie de son maintien à la tête du pays, durant la période transitoire de trente jours précédent sa démission.

    Etonnante volte-face

    Le refus du chef de l’Etat yéménite surprend car le dernier plan proposé par le Conseil de coopération du Golfe se présentait comme particulièrement avantageux. Contrairement aux deux premières feuilles de route des monarchies arabes, celle-ci accorde l’immunité judicaire à Saleh, à sa famille et à ses conseillers.

    En fin de semaine, l’opposition d’Ali Abdullah Saleh à la présence de représentants du Qatar lors de signature du plan, avait déjà fait craindre un possible échec de l’accord. Cette exigence était en effet susceptible de poser problème : le Qatar est l’un des six membres du conseil de coopération du Golfe qui a mis sur pied la feuille de route pour sortir de la crise yéménite.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.