GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 19 Décembre
Jeudi 20 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Douze ans de prison pour l’ex-ministre de l’Intérieur égyptien

    media

    Pilier de la répression sous l’ancien régime d’Hosni Moubarak, Habib el-Adli, ex-ministre égyptien de l’Intérieur, a été condamné ce jeudi 5 mai 2011 à douze années de prison par la cour d’assises de Guizeh pour malversations financières. Une peine qui ne pourrait pas être la dernière pour le général Habib el-Adli puisqu’il est poursuivi dans d’autres affaires où il risque la peine de mort.

    Avec notre correspondant au Caire, Alexandre Buccianti

    C’est le premier verdict qui frappe un haut responsable de l’ancien régime depuis l’abdication du président Moubarak le 11 février 2011. Le général Adli avait été accusé de blanchiment d’argent et d’abus de pourvoir. Des accusations pour lesquelles il a été reconnu coupable et a écopé de sept et de cinq années de prison.

    Le condamné peut faire appel de ce verdict. Mais en attendant, celui qui a été ministre de l’Intérieur durant une quinzaine d’années, doit répondre de chefs d’accusations beaucoup plus grave : avoir volontairement provoqué une insécurité généralisée et surtout, d’avoir ordonné de tirer sur les manifestants à balles réelles. Des accusations dont doivent aussi répondre d’autres responsables de la police et surtout, l’ex-président Moubarak et ses deux fils.

    Selon le dernier bilan officiel, 846 personnes ont été tuées et 6 000 autre blessées au cours de la révolution égyptienne. Ce procès devant la cour d’assises qui a commencé le mois dernier doit reprendre le 21 mai. La première séance avait été houleuse avec les parents des victimes huant et insultant l’ancien ministre devant la cour. Les accusés avaient plaidé non coupable ce qui avait pratiquement provoqué une émeute.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.