Le mouvement de contestation ne fléchit pas en Syrie - Moyen-Orient - RFI

 

  1. 20:00 TU Journal
  2. 20:10 TU La bande passante
  3. 20:30 TU Journal
  4. 20:33 TU La bande passante
  5. 21:00 TU Journal
  6. 21:10 TU Couleurs tropicales
  7. 21:30 TU Journal
  8. 21:33 TU Couleurs tropicales
  9. 22:00 TU Sessions d'information
  10. 22:30 TU Sessions d'information
  11. 23:00 TU Journal
  12. 23:10 TU Accents d'Europe
  13. 23:30 TU Journal
  14. 23:33 TU Danse des mots
  15. 20:00 TU Journal
  16. 20:10 TU La bande passante
  17. 20:30 TU Journal
  18. 20:33 TU La bande passante
  19. 21:00 TU Journal
  20. 21:10 TU Couleurs tropicales
  21. 21:30 TU Journal
  22. 21:33 TU Couleurs tropicales
  23. 22:00 TU Sessions d'information
  24. 22:30 TU Sessions d'information
  25. 23:00 TU Journal
  1. 20:10 TU La bande passante
  2. 20:30 TU Journal
  3. 20:33 TU La bande passante
  4. 21:00 TU Journal
  5. 21:10 TU Radio foot internationale
  6. 21:30 TU Journal
  7. 21:33 TU Radio foot internationale
  8. 22:00 TU Sessions d'information
  9. 22:30 TU Sessions d'information
  10. 23:00 TU Journal
  11. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  12. 23:30 TU Journal
fermer

Moyen-Orient

Bachar el-Assad Syrie

Le mouvement de contestation ne fléchit pas en Syrie

media

En Syrie, les forces de sécurité poursuivent leurs actions de répression à Deraa, le berceau de la contestation. Les arrestations et les disparitions se poursuivent, 8 000 depuis le 15 mars selon une organisation des droits de l'homme. Des informations font état de manifestants torturés mais le mouvement de contestation ne faiblit pas pour autant. Des sit-in permanents s'organisent dans tout le pays.

Un nouveau mot d'ordre a été lancé dans les rangs des manifestants. Les sit-in permanents se multiplient en Syrie confirme Razan Zaitouneh, une militante des droits de l'homme à Damas.

« La folle campagne d'arrestations à travers le pays, tous les cas de torture, la terreur imposée par le régime n'empêchent pas les gens de manifester, assure la jeune militante syrienne, qui explique que quoiqu'il arrive, les contestataires parviennent toujours à se rencontrer, à échanger des informations, notamment grâce à internet. Et à chaque fois que les circonstances changent, ils s'adaptent pour continuer. »

C'est en réaction à la campagne d'arrestations massives que des femmes et leurs enfants ont organisé des sit-in dans plusieurs villes de Syrie.

« D'abord pour exiger la libération de tous les prisonniers, explique Razan Zaitouneh, ensuite c'est pour poursuivre le mouvement, car si nous ne pouvons pas défiler et bien nous continuons en faisant des sit-in. »

L'intensification de la répression n'a pas découragé les manifestants au contraire. « Chaque jour, des centaines de personnes sont arrêtées, mais malgré cela rappelle Razan Zaitouneh, chaque soir, il y a toujours six, sept voire huit manifestations qui se déroulent. Depuis une semaine, il n'y a pas eu un seul jour sans manifestation ».


Plusieurs manifestations de solidarité avec Deraa, ont eu lieu le 4 mai, notamment à Homs et Banias, où des milliers de personnes ont défilé.

Sur le plan international, le ton monte contre le régime syrien. La France demande des sanctions contre Bachar al-Assad. Washington qualifie de répression « barbare » l'action des forces de sécurité syriennes à Deraa. Ban Ki-moon s'est, lui, entretenu hier avec Bachar al-Assad. Le secrétaire général des Nations unies a exhorté le président syrien à coopérer avec le Conseil des droits de l'homme.

15 mars 2011 : Damas, rassemblement à l'appel d'un groupe sur Facebook « pour une Syrie sans tyrannie, sans loi sur l'état d'urgence, ni tribunaux d'exception ».
18 mars 2011 : Damas, Deraa, Banias, manifestations violemment réprimées. Bilan : au moins 4 morts, des centaines de blessés, selon les organisations de droits de l'homme.
23 mars 2011 : Deraa. Le gouverneur est limogé. Une centaine de morts selon les organisations de droits de l'homme.
26-27 mars 2011 : Lattaquié. Violences. Damas incrimine les islamistes. Libération de 260 prisonniers politiques par les autorités
29 mars 2011 : Damas : Manifestation pro-gouvernementale

1er et 2 avril 2011 : Damas, Douma et Homs : arrestations massives
3 avril 2011 : Le président Bachar el-Assad confie à Adel Safar, ministre de l'Agriculture, le soin de former un nouveau gouvernement.
8 avril 2011 : Deraa : 26 morts
13 avril 2011 : Alep : manifestations
14 avril 2011 : Désignation d'un nouveau Premier ministre chargé de mener des réformes. Les manifestations continuent
16 avril 2011 : Discours de Bachar el-Assad à la télévision. Il promet la fin de l'état d'urgence
17 avril 2011 : Lattaquié :10 000 manifestants
18 avril 2011 : Homs : sit-in de 20 000 personnes
20 avril 2011 : Alep et Homs : manifestations. Banias : limogeage d'un haut responsable de la sécurité.
21 avril 2011 : Bachar el-Assad promulgue 3 décrets approuvant la levée de l'état d'urgence, l'abolition de la Cour de sûreté de l'État un changement dans la réglementation des manifestations.
25-26 avril 2011 : L'armée, appuyée par des chars et des blindés encercle Deraa. Le bilan de la répression s'alourdit
27 avril 2011 : La France, la Grande-Bretagne, l'Italie et l'Allemagne convoquent les ambassadeurs de Syrie. Démission de plus de 230 membres du parti Baas au pouvoir
29 avril 2011 : Manifestations dans tout le pays. Le Conseil des droits de l'homme de l'Onu demande l'envoi urgent d'une mission d'enquête. Sanctions économiques de Washington. La journaliste Dorothy Parvez disparaît.

1er mai 2011 : Arrestations à Deraa, Douma, Lattaquié, Qamishli
2 mai 2011 : Les forces de sécurité donnent 15 jours pour se rendre aux auteurs d'« infractions »
9 mai 2011 : L'Union européenne impose des sanctions à l'égard de la Syrie : gel des avoirs et interdiction de visa pour l'Europe à l'encontre de 13 membres du régime ainsi qu'un embargo sur les exportations d’armes vers la Syrie. Le président syrien Bachar el-Assad n'est pas visé par les sanctions mais son frère Maher et son cousin
12 mai 2011 : Le gouvernement annonce qu'il prépare une nouvelle loi électorale alors que la contestation du régime ne faiblit pas et que les manifestations se poursuivent
13 mai 2011 : La Russie met en garde la communauté internationale contre un scénario libyen et empêche la publication d'un rapport de l'ONU sur les livraisons d'armes
18 mai 2011 : Le mot d'ordre grève générale de l'opposition est peu suivi
21 mai 2011 : Journée de manifestations dans plusieurs villes. Les forces de sécurité tirent sur la foule. Bilan : 44 morts.
31 mai 2011 : Le président Bachar el-Assad décrète une amnistie générale

3 juin 2011 : Réunis à Antalya, en Turquie, les opposants au régime syrien exigent la démission immédiate du président Bachar el-Assad et appellent à des élections libres en Syrie
6 juin 2011 : Le ministre des Affaires étrangères français Alain Juppé annonce que la France est prête à déposer une résolution condamnant la répression en Syrie à l'ONU
11 juin 2011 : L'opposition de l'intérieur réclame une Conférence nationale
12 juin 2011 : L'armée syrienne lance plusieurs opérations militaires aux portes de la Turquie à Jisr el-Choghour où environ 5000 réfugiés tentent de passer la frontière
15 juin 2011 : Publication d'un premier rapport préliminaire du Haut commissariat aux droits de l'homme sur la situation en Syrie
16 juin 2011 : Nouvelle manifestation antigouvernementale. Au moins 6 morts
20 juin 2011 : Discours télévisé du président syrien. L'opposition organise un après-Bachar el-Assad

1er au 5 juillet 2011 : Nouvelles manifestations à travers la Syrie. Intervention de l'armée à Hama
6 juillet 2011 : Amnesty International accuse la Syrie de crimes contre l'humanité
11 et 13 juillet 2011 : Attaques contre les ambassades de France et des Etats-Unis à Damas par les partisants du régime d'el-Assad. Le Conseil de sécurité condamne celles-ci.
15 juillet 2011 : La répression fait une trentaine de morts Damas et à Bou Kamal dans l'est du pays
20 juillet 2011 : 50 morts en deux jours à Homs. La ville devient à son tour un symbole de la révolte dans le pays. La FIDH publie un rapport alarmant sur la répression et la torture en Syrie
31 juillet 2011 : Hama. Au moins 100 morts lors de l'attaque par les chars de l'armée. Près d'une quarantaine dans le reste du pays. La communauté internationale condamne avec force la répression

1er août 2011 : Début du ramadan. La répression persiste. 24 morts
3 août 2011 : Le Conseil de sécurité de l'ONU condamne la répression en Syrie
5 août 2011 : Homs. Manifestations pour lors du premier vendredi du ramadan. 22 morts
7 août 2011 : Arrestation de l'un des principaux opposants au régime de Damas. Le secrétaire général de l'ONU demande à Bachar el-Assad de faire cesser les violences. L'armée syrienne prend d'assaut Deir Ezzor. 40 morts
10 août 2011 : Le président syrien perd ses soutiens un à un. L'armée desserre son étreinte de plusieurs villes
13 août 2011 : Naissance d'un nouveau parti en Syrie : le Parti démocrate social
14-16 août 2011 : Lattaquié. Assaut de l'armée. 34 morts
23 août 2011 : L'ONU va enquêter en Syrie. L'opposition syrienne s'organise autour d'un Conseil national
27-29 août 2011: La Russie continue de soutenir Damas malgré l'isolement du président el-Assad de la scène internationale.
31 août 2011 : Fin de ramadan sanglante : 7 morts

1er septembre 2011 : Démission du procureur de la province de Hama
4 septembre 2011 : Nouvelle journée de répression malgré l'appel de la Ligue arabe. 12 morts


 

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.