Tiraillements américano-pakistanais à propos des trois veuves de ben Laden capturées à Abbotabad - Moyen-Orient - RFI

 

  1. 09:10 TU La marche du monde
  2. 09:30 TU Journal
  3. 09:33 TU La marche du monde
  4. 10:00 TU Journal
  5. 10:10 TU C'EST PAS DU VENT D 1
  6. 10:30 TU Journal
  7. 10:33 TU C'EST PAS DU VENT D 2
  8. 11:00 TU Journal
  9. 11:10 TU Internationales
  10. 11:30 TU Journal
  11. 11:32 TU Internationales
  12. 12:00 TU Journal
  13. 12:10 TU Sessions d'information
  14. 12:30 TU Journal
  15. 12:33 TU Sessions d'information
  16. 12:40 TU Littérature sans frontières
  17. 13:00 TU Journal
  18. 13:10 TU LA DANSE DES MOTS 2
  19. 13:30 TU Journal
  20. 13:33 TU Le coq chante
  21. 14:00 TU Journal
  22. 14:10 TU EN SOL MAJEUR 1D
  23. 14:30 TU Journal
  24. 14:33 TU EN SOL MAJEUR 2D
  25. 15:00 TU Journal
  1. 09:10 TU Religions du monde
  2. 09:30 TU Journal
  3. 09:33 TU Religions du monde
  4. 10:00 TU Journal
  5. 10:10 TU C'EST PAS DU VENT D 1
  6. 10:30 TU Journal
  7. 10:33 TU C'EST PAS DU VENT D 2
  8. 11:00 TU Journal
  9. 11:10 TU Internationales
  10. 11:30 TU Journal
  11. 11:32 TU Internationales
  12. 12:00 TU Journal
  13. 12:10 TU Mémoire d'un continent
  14. 12:30 TU Sessions d'information
  15. 13:00 TU Journal
  16. 13:10 TU Littérature sans frontières
  17. 13:30 TU Journal
  18. 13:33 TU Le coq chante
  19. 14:00 TU Journal
  20. 14:10 TU Musiques du monde
  21. 14:30 TU Journal
  22. 14:33 TU Musiques du monde
  23. 15:00 TU Journal
  24. 15:10 TU Musiques du monde
  25. 15:30 TU Journal
fermer

Moyen-Orient

al-Qaïda Etats-Unis Oussama Ben Laden Pakistan Terrorisme

Tiraillements américano-pakistanais à propos des trois veuves de ben Laden capturées à Abbotabad

media

Les trois épouses d’Oussama ben Laden détenues par le Pakistan depuis le raid américain du 2 mai à Abbotabad sont une source de tension supplémentaire entre Washington et Islamabad. La CIA se plaint de n’avoir pas encore pu interroger les trois femmes même si leurs connaissances du fonctionnement d’al-Qaïda sont probablement limitées.

Malgré leurs demandes répétées, les enquêteurs de la CIA n’ont pas encore pu interroger les trois épouses qui résidaient avec Oussama ben Laden dans la villa d’Abbotabad où le chef d’al-Qaïda a été tué par les forces spéciales américaines le 2 mai 2011. Celles-ci, de même que les autres membres de l’entourage de ben Laden qui se trouvaient sur les lieux au moment de l’assaut – entre douze et dix-sept personnes, enfants compris, selon les sources - sont détenues par les services secrets pakistanais.

Trois épouses en question

Même s’ils ont emporté avec eux des mines d’information lors de leur raid du 2 mai sur la villa d’Abbotabad et bien qu'il y ait peu de chances que les trois femmes souhaitent coopérer, les Américains voudraient quand même obtenir leurs témoignages dans le but d’enrichir un peu plus leurs connaissances du fonctionnement du réseau terroriste et de leur leader.

Marié à cinq reprises et père de vingt-trois enfants (v. encadré ci-dessous), ben Laden était séparé de sa première et de sa quatrième épouse mais les trois autres sont, semble-t-il, restées avec lui durant la quasi-totalité de sa traque. La plus âgée, Khadijah Sharif, un saoudienne de 62 ans, était appréciée du chef d’al-Qaïda pour son érudition en sciences islamiques et aurait longtemps été la plus influente. Elle était également chargée de l’éducation religieuse des enfants et des petits-enfants de ben Laden (dont quatre enfants de l’une de ses filles tuée lors d’un raid aérien américain au Waziristan qui vivaient à la villa).

Une grotte du district d'Haripur, au Pakistan, qui, selon des médias américains citant une des veuves de ben Laden, aurait abrité le chef d'al-Qaïda. REUTERS/Faisal Mahmood

La plus jeune des épouses, Amal al-Saddah, une Yéménite de 28 ans mariée à ben Laden en 2000, aurait été blessée à une jambe lors de l’assaut des Navy Seals américain à Abbotabad. Selon certains médias américains, elle aurait fourni quelques éléments aux Pakistanais notamment que le chef d’al-Qaïda et son entourage se seraient cachés durant deux ans et demi dans une grotte près du village de Chak Shah Mohammad, dans la province d’Haripur, à une soixantaine de kilomètres au sud d’Abbotabad. Une information à prendre avec précautions, car rien ne permet pour l'heure de la confirmer. Haripur est en tout cas une région où viennent parfois se réfugier des combattants afghans et la zone a parfois été qualifiée de "petit Helmand" (en référence à la province du sud-ouest de l'Afghanistan).

Tension extrême

Ce type renseignement ne va probablement pas changer le cours de l’histoire mais les Etats-Unis insistent auprès des Pakistanais pour obtenir le droit d’interroger les trois épouses aussi tôt que possible. Et la nouvelle que, une fois sur pied, la jeune Amal pourrait être extradée vers son Yémen natal par le Pakistan sans même avoir été questionnée par la CIA n’a pas été très appréciée à Washington. La tension est toujours extrême entre les services secrets américains et paksitananais depuis le raid du 2 mai. Elle pourrait baisser d’un cran si Islamabad faisait un geste en autorisant les enquêteurs US à s’entretenir avec les trois femmes.

Najwa Ghanem
Née en 1958 à Latakia (Syrie)
Epousée en 1974
Lui a donné onze enfants (sept garçons, quatre filles)
L’a quitté après les attentats du 11 septembre 2001 et vivrait à Damas en Syrie.

Khadijah Sharif
Née en 1948 à Djeddah (Arabie Saoudite)
Epousée en 1983
Lui a donné trois enfants (un garçon, deux filles)
Détenue par les services secrets pakistanais.

Khairiah Sabar

Née en 1950 à Djeddah (Arabie Saoudite)
Epousée en 1985
Lui a donné un fils
Détenue par les services secrets pakistanais.

Siham Sabar
Née à Médine (Arabie Saoudite)
Epousée en 1987
Lui a donné cinq enfants (deux fils, trois filles).
L’un des fils, Khaled, serait mort lors de l’assaut d’Abbotabad
Vivrait à Médine en Arabie Saoudite.

Amal al-Saddah
Née en 1983 à Ibb (Yémen)
Epousée en 2000
Lui a donné trois enfants (une fille et deux garçons)
Détenue par les services secrets pakistanais.

Nb : Oussama ben Laden aurait épousé une femme au Soudan en 1996 mais le mariage aurait été annulé dans les 48 heures.

 






 

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.