GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
Jeudi 29 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 1 Octobre
Dimanche 2 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    En Arabie Saoudite, une femme défie l’interdiction de conduire une voiture

    media En Arabie Saoudite, les femmes sont soumises à des règles de vie très strictes. (Photo : AFP)

    Najla Hariri a parcouru au cours des quatre derniers jours les rues de Jeddah, deuxième ville de l’Arabie Saoudite, sans incident. La militante pour les droits des femmes fait partie d'un groupe de Saoudiennes qui ont lancé sur internet une campagne pour défiler le 17 juin au volant de leurs voitures, afin de défier l'interdiction de conduire dans le royaume ultraconservateur.
     

    Avec notre correspondante à Riyad, Clarence Rodriguez

    Najla Hariri est une jeune mère de famille, militante. Cette jeune femme de 30 ans ose prendre le volant et rouler dans les rues de Jeddah, alors que la conduite pour les femmes ici, en Arabie Saoudite est strictement interdite.

    Najla est l’instigatrice de la campagne lancée sur internet et qui exhorte les saoudiennes mais aussi les Occidentales à prendre le volant le 17 juin prochain.

    Cette jeune femme audacieuse marche ou plutôt roule sur les traces de ses aînées. On se souvient, en effet, de cette manifestation de 50 militantes saoudiennes qui en pleine guerre du Golfe en 1990, avaient osé bravé les autorités saoudiennes. Elles avaient pris le volant au nez et à la barbe des mottawas, la police religieuse. Trente ans plus tard, Najla, constate que cela n’avance toujours pas. Les femmes sont toujours condamnées à ne pas conduire en Arabie. Pour manifester sa colère, au volant d’une grosse cylindrée elle arpente les rues de Jeddah. Selon des témoins elle ne s’est toujours pas fait arrêter.

    Si on se réfère à une interview accordée par le prince Saoud al-Fayçal, à la 4e chaîne de télévision britannique en novembre 2007, le ministre des Affaires étrangères avait à l’époque déclaré : « personnellement je pense que les femmes saoudiennes ont le droit de conduire mais nous ne sommes pas la partie qui émet les autorisations. C’est aux familles de décider. Il ne s’agit pas d’une affaire politique mais sociale ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.