GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 21 Novembre
Jeudi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Crise yéménite : les monarchies du Golfe suspendent leur médiation

    media

    Les pays du Conseil de Coopération du Golfe ont décidé le 22 mai 2011, à Riyad de suspendre leur médiation, dans la crise politique au Yémen. Une décision prise , en réponse à la volte-face d'Ali Abdallah Saleh qui a refusé une nouvelle fois de signer l'accord de transition politique, élaboré par les monarchies du Golfe. Le président yéménite a également mis en garde l'opposition contre un risque de guerre civile. Dans le même temps, ses partisans ont bloqué les principales artères de Sanaa, obligeant le médiateur du Conseil de coopération du Golfe ainsi que l'ambassadeur des Etats-Unis à utiliser un hélicoptère pour évacuer l'ambassade des Emirats arabes unis, qui était encerclée par les manifestants.

    Avec notre correspondante à Riyad, Clarence Rodriguez


    Fatigués, usés, agacés, par les tergiversations du président Saleh, les pays du Golfe suspendent leur médiation. Ils jettent pour ainsi dire l’éponge. Une décision que l’on peut interpréter comme un échec diplomatique tant pour ces monarchies que pour les Etats-Unis ou l’Union européenne, artisans de cet accord de transition.

    Malgré la pression de Washington ou de Riyad sur Ali Abdallah Saleh, le président yéménite imperturbable, a choisi la volte-face. Pour la 3ème fois, Il refuse de signer cet accord qui prévoit notamment la formation d’un gouvernement de réconciliation et son départ, en échange d’une immunité totale pour lui et son entourage.

    Le président yéménite n’hésite pas à prétexter la thèse du complot, et à brandir la menace d’Al-qaïda. Allant jusqu’à déclarer que si ce régime part, Al-qaïda connaîtra un nouvel essor. Hillary Clinton la secrétaire d’Etat américaine avait pourtant averti le président Saleh, qu’il devait respecter son engagement à quitter le pouvoir.

    Ce dernier ne déroge manifestement pas à sa stratégie du début, qui consiste finalement

    à gagner du temps pour favoriser un pourrissement de la crise, et des divergences au sein de l’opposition.

    En quittant la réunion extraordinaire hier soir à Riyad, les ministres des Affaires étrangères des pays du Golfe ne cachaient pas leur inquiétude pour la suite de la crise au Yémen. Ils craignent surtout pour la stabilité de toute une région .

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.